AccueilPublicationsFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Meredith RhodesLignumFICHE

Elio
WidenerObsidia Corp.FICHE

Maze
SiakaNoctisFICHE

Isaac
SparksLignumFICHE




Contagion regroupe désormais :
- 4 Obsidiens
- 5 Lignum
- 3 Noctis
- 8 Nomades

Obsidia Corporation est un laboratoire scientifique qui travaille anonymement et en toute discrétion sur la modification du génome humain.
Néanmoins, aux yeux du monde, OC est un laboratoire de recherches dans le génie génétique qui prétend pouvoir trouver un remède à toutes les maladies. Lorsqu'un médecin prend en charge un patient dans un hôpital en Ohio, il découvre curieusement un virus encore inconnu à ce jour. Mais très rapidement, alors que le monde est en train de changer, le Dr Hasting fait une découverte surprenante sur l'origine du virus, ainsi que sur le laboratoire OC...

Alejandro De Fonollosa
Lignum
avatar
Alejandro De Fonollosa
Age : 30
Métier : Ancien criminel / Soldat
Messages : 12
Lun 21 Mai 2018 - 20:31
Blood in the breeze



2018 ; Infirmerie, base Lignum (Oregon)

Alejandro avait rejoint les Lignum par intérêt et il ne le savait que trop bien, ses congénères de nature très aidante et conviviale étaient le parfait opposé de l’Espagnol. Si être soldat ne l’obligeait pas à être poli et avenant envers les autres il avait tout de même le devoir de les protéger et de les aider, une tâche plus que difficile pour son égoïsme incommensurable. Néanmoins si l’ancien criminel avait rejoint ce clan c’était bien pour une seule et bonne raison : trouver sa sœur.  Peu de temps après son arrivé ici, Al pu apprendre qu’une prénommée Ella Gainsbourg (qu’il savait être sa demi sœur) avait sauvé d’une mort certaine quelque uns des Lignum, une bonne raison pour lui d’élire domicile ici.

Tard dans la nuit, lorsqu’il était sûr que tous les membres avait rejoints leurs habitations et qu’il ne risquait donc pas de tomber sur l’un d’entre eux en chemin, le brun avait abandonné son poste de travail (là où il devait monter la garde cette nuit). Ainsi il descendait un par un les barreaux de l’échelle qui le séparait du sol et qui le maintenant « prisonnier » en haut de cette tour de guet improvisée. Une fois que la semelle de ses chaussures foulaient enfin le sol, Alejandro réajustait le fusil dont il était le possesseur en le calant convenablement dans son dos. Une fois certain que personne ne l’avait vu quitter son poste, l’Européen se dirigeait à grandes enjambées en direction du lieu où il était sûr de trouver la seule personne qu’il appréciait ici ; Rae.

Traversant ainsi tout le campement en restant des plus discrets dans ses pas, le brun finissait par rejoindre l’infirmerie. Seul vrai bâtiment digne de ce nom, Alejandro en faisait le tour puisqu’il savait qu’une échelle se trouvait derrière la bâtisse, il ôta le crochet qui maintenait cette échelle en l’air pour qu’elle finisse par glisser dans un crissement jusqu’à heurter le sol. Peu de temps après De Fonollosa commença à monter les barreaux de cette nouvelle échelle pour accéder au toit de l’infirmerie et une fois arrivé en haut il remarquait qu’une silhouette féminine lui étant familière se trouvait assise au bord du vide, comme il l’avait prévu. Un sourire étirait donc les lèvres d’Al alors qu’il se hissait sur le toit, après quoi il fouilla dans la poche intérieur de sa veste pour en sortir un paquet de cigarette (précieuse denrée en ce monde chaotique) et il glissa l’une d’entre elles entre ses lèvres avant de l’allumer à l’aide d’une allumette. Il franchissait ensuite les derniers pas le séparant de la jeune femme et sans un mot il s’asseyait à côté d’elle en laissant, tout comme elle, ses jambes balancer dans le vide.

« Je savais que tu serais là. » Annonçait-il dans un sourire satisfait.

Il tirait quelques lattes sur sa cigarette sans pour autant la faire se consumer trop vite puisqu’il lui en restait peu en cet instant. L’Espagnol finissait par profondément inspirer tout en laissant aller son regard vers l’horizon seulement éclairée par les quelques rayons de la lune.

« J’ai besoin de toi. » Finissait-il par dire de manière plus sérieuse.

Bee.



O partigiano portami via. O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. O partigiano portami via ché mi sento di morir

Alejandro De Fonollosa
Revenir en haut Aller en bas
Rae Lucas
Lignum
avatar
Rae Lucas
Crédits : Chup'
Age : 26
Métier : Infirmière
Messages : 121
Badges :
Mer 23 Mai 2018 - 18:49
Infirmerie des Lignums, 2018



blood in the breeze
Rae & Alejandro

« In the end, as you fade into the night, who will tell the story of your life ? And who will remember your last goodbye? 'Cause it's the end and I'm not afraid to die. » In the end - Black Veil Brides
La journée fut longue. Certaines étaient calmes, tranquilles, personne ne se plaignait d'aucun mal ou presque. Tandis que d'autres, c'était le branle-bas de combat. Des blessés qui revenaient d'excursion, des rescapés en déshydratation, des enfants malades, même des accouchements. C'était une chose que jamais je n'avais pratiqué avant l'Apocalypse et je n'avais jamais pensé le faire. Je voulais être infirmière, pas sage-femme. Et finalement, je m'étais retrouvée inconsciemment impliquée dans tous les rôles se rattachant de près ou de loin à la médecine dans le campement. Car oui, même si ça n'était pas la plus belle des périodes pour fonder une famille, les couples ne cessaient pas pour autant leurs petites affaires de plaisir. Sans songer à se protéger, ou alors ils y pensent, mais n'ont rien sous la main. Dans ces cas-là, ils prient le bon Dieu. Mais parfois, il débarque avec une surprise inattendue. Pour cette raison-là, j'étais bien heureuse d'avoir trouvé Lorias. Au moins, ensemble, nous ne risquions rien après tout ?

Avant de retourner à notre tente, je m'étais réfugiée un instant sur le toit de l'infirmerie. Le soir, quand tout était tranquille, j'appréciais y passer quelques temps. C'était déjà une sorte de repos en soi. Et comme ce soir-là, j'avais une lampe à huile à mes côtés pendant que j'esquissais des croquis. J'étais plongée dans mon univers et ça me faisait un bien fou. Je parvenais à faire extraction de tout ce qui m'entourait, me concentrant uniquement sur mes traits. Dans ces moments-là, je me sentais à part. Comme si je ne faisais plus réellement partie de ce monde, comme si je n'en étais plus qu'une simple spectatrice.
De ce fait, je faillis ne pas remarquer lorsque quelqu'un fit irruption dans mon petit havre de paix. Rares étaient les personnes qui se le permettaient, pour cette raison je me doutais tout de suite de la personne dont il pouvait s'agir. Je compris que j'avais vu juste lorsque l'odeur de cigarette remonta à mes narines et qu'Al s'assit à côté de moi, les pieds dans le vide à quelques mètres du sol. L'infirmerie était un bâtiment à plein pied, on ne risquait pas grand chose si l'on en tombait.
-Salut, Al, fis-je lorsqu'il me fit comprendre que me trouver ici était loin d'être une surprise. Voilà plusieurs années que nous nous connaissions, et je savais que je pouvais avoir en lui une confiance aveugle. Avant d'arriver chez les Lignums, nous avions survécu plusieurs mois ensemble dans le monde sauvage. Je savais que je pouvais compter sur lui et inversement. Je refermai mon cahier de dessins. Si j'appréciais cet art, je n'aimais pas forcément montrer mes oeuvres. C'était intime pour moi.
Puis, les traits du latino se firent plus dures, plus sérieux. Je fronçai les sourcils à mon tour. Qu'avait-il à m'annoncer ? Il dit avoir besoin de moi. Mais cette phrase ne suffit qu'attiser encore plus ma curiosité. Que se passe-t'il ? demandai-je en prenant une mine légèrement inquiète contre mon grés.

(c) DΛNDELION


what is about surviving ?

Lorael Paris I love you:
 

Vous m'avez si bien cernée I love you:
 
Rae Lucas
Revenir en haut Aller en bas
Alejandro De Fonollosa
Lignum
avatar
Alejandro De Fonollosa
Age : 30
Métier : Ancien criminel / Soldat
Messages : 12
Jeu 24 Mai 2018 - 13:17
Blood in the breeze



2018 ; Infirmerie, base Lignum (Oregon)

Le fait que Rae l’ai reconnu avant même qu’il n’ait pris la parole n’étonnait pas vraiment Alejandro, pour cause, ils avaient passé suffisamment de temps à survivre ensemble pour se reconnaître au simple son de leurs pas. Lorsqu’il prenait place à tes côtés le brun te voyait discrètement mais rapidement refermer ce qui semblait être un carnet rempli de quelques croquis, te voir ainsi conserver ton jardin secret ne manquait pas d’amuser l’européen qui laissait ses lèvres s’orner d’un sourire. Al ne relevait pas pour autant ce geste de ta part et ne réclamais pas non plus à voir le contenu de ce carnet, aussi désagréable soit-il, le trentenaire savait tout de même respecter l’intimité d’autrui.

Lorsque tu reprenais finalement la conversation en répondant par une question à sa demande d’aide, l’Espagnol tirait quelques nouvelles lattes sur sa cigarette avant jouer avec celle-ci entre ses doigts. Les yeux rivés sur le bâtonnet fumant de Nicotine, Alejandro était hésitant quant à sa requête. Il savait que comparer à lui tu avais su trouver ta place dans ce camp et qu’il serait donc compliqué de t’en faire sortir, même temporairement.

« Meredith a parlé d’un campement dans le Kansas. Une poignée de survivants. » Un haussement d’épaule se faisait voir tant dis qu’il marquait un temps de pause dans ses paroles. « Il y a probablement peu de chances pour que ce soit le cas mais … ma sœur s’y trouve peut-être. »

Sans ajouter plus de paroles pour l’instant l’Européen faisait se consumer les derniers centimètres de sa cigarette en la terminant complètement. Il ôtait le bout rougeoyant à l’aide de son index et de son pouce afin d’éteindre le bâton nicotinée et il jetait le filtre au loin devant lui, dans le vide. Après cela le brun passait brièvement une main dans ses cheveux indisciplinés afin de grossièrement replacer quelques-unes de ses mèches mal coiffées.

« C’est peut-être pas l’idée du siècle mais je vais y aller, j’irais seul si tu ne veux pas venir mais tu sais à quel point j’ai le don de me retrouver dans des situations toutes plus cocasses les unes que les autres et … j’aurais besoin de quelqu’un pour couvrir mes arrières. » Ajoutait l’Espagnol dans son fort accent tout droit venu de son pays natal.

Un soupir se faisait finalement entendre de la part d’Alejandro alors qu’il laissait ses coudes aller en arrière sur le sol pour s’allonger à moitié avant de relever son regard dans ta direction. De Fonollosa ne s’attendait pas vraiment à ce que tu acceptes du premier coup son offre, pire encore il se voyait déjà devoir débattre avec toi puisqu’il était certain que tu essayerais de le dissuader de se lancer seul dans un tel périple.
Bee.



O partigiano portami via. O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. O partigiano portami via ché mi sento di morir

Alejandro De Fonollosa
Revenir en haut Aller en bas
Rae Lucas
Lignum
avatar
Rae Lucas
Crédits : Chup'
Age : 26
Métier : Infirmière
Messages : 121
Badges :
Jeu 24 Mai 2018 - 21:49
Infirmerie des Lignums, 2018



blood in the breeze
Rae & Alejandro

« In the end, as you fade into the night, who will tell the story of your life ? And who will remember your last goodbye? 'Cause it's the end and I'm not afraid to die. » In the end - Black Veil Brides
Mon regard scrutait celui d'Alejandro. Ce qu'il avait à me dire paraissait on ne peut plus sérieux et je me demandais bien ce que cela pouvait être. Je fronçai un peu les sourcils d'ailleurs, perplexe. Je n'aimais pas ne pas comprendre la situation, ne pas en saisir les détails. J'aimais détenir toutes les informations nécessaires puis juger si ce qu'on me disait était faisable ou non. Je connaissais Al. Et je savais qu'il était prêt à tout pour retrouver sa soeur. C'était sa raison de vivre et ce depuis la seconde où je l'avais connu. Pour ça, je le trouvais fort. Il ne savait même pas si elle était encore en vie. Peut-être mourrait-il sans le savoir. J'avais déjà essayé de lui dire, de le ramener sur Terre, mais impossible. Sa soeur était son tout et je ne pouvais pas lui en vouloir de désirer si fort la retrouver. Moi, tout le monde était mort. Je n'avais personne à chercher. J'en avais trouvé d'autres que j'aimais d'autant plus et de tout mon coeur.

Mon ami m'expliqua. Au Kansas ?! Mes yeux s'écarquillèrent. Petite, on nous avait fait apprendre en géographie la carte de tous les Etats du pays ainsi que leurs capitales, avec les principaux fleuves et chaînes montagneuses. Et si mes souvenirs étaient bon -ils l'étaient- le Kansas se trouvait à des dizaines de centaines de kilomètres de nous. Il ne comptait tout de même pas risquer autant de temps, d'énergie, sa vie, pour une information pareille ?! Comment pouvait-il penser que sa soeur se trouvait là-bas ? Elle pouvait être partout !
Alejandro défendit son plan du mieux qu'il le pouvait et je me pinçai les lèvres. Son idée était foireuse, il y avait trop de scénarios possibles. Mais je ne pouvais pas le laisser aller seul. Je devais l'en dissuader ou me joindre à son périple. Mais j'allais le dissuader. Il le fallait. Posant mon carnet sur le côté, je pivotai à 90 degrés pour me retrouver en face de lui. Je me mis en tailleur et le regardai avec mon air moralisateur, celui que j'adressais aux patients qui n'avaient pas écouté mes recommandations médicales. Al. C'est une très très mauvaise idée. Il y a des dizaines de petits groupes de survivants éparpillés sur tout le continent. Qu'est-ce qui te fait croire que ta soeur est là-bas ? Quittant son regard, je secouais la tête. C'était certain, quelque chose allait finir par clocher. Même avec le plan le mieux préparé du monde. Et même si elle y est. Imagine, on arrive sur place et le campement a changé de place ? Imagine ils se sont fait attaqués ? Je sais que tu espères retrouver ta soeur coûte que coûte... Mais je ne peux pas te laisser partir. C'est trop risqué ! Sur mes derniers mots, mon regard s'est redressé vers lui. N'y va pas., disaient-ils. Mais Al était tout aussi borné que moi. C'était peut-être pour cela qu'on s'entendait si bien.

(c) DΛNDELION


what is about surviving ?

Lorael Paris I love you:
 

Vous m'avez si bien cernée I love you:
 
Rae Lucas
Revenir en haut Aller en bas
Alejandro De Fonollosa
Lignum
avatar
Alejandro De Fonollosa
Age : 30
Métier : Ancien criminel / Soldat
Messages : 12
Jeu 31 Mai 2018 - 19:24
Blood in the breeze



2018 ; Infirmerie, base Lignum (Oregon)

En voyant cet air qu’il ne connaissait que trop bien se dessiner sur ton visage, Al ne put s’empêcher de sourire avec amusement, il savait parfaitement ce que tu allais lui dire et il en aurait presque pu mimer tes paroles. Le brun haussait finalement ses larges épaules tout en balançant légèrement ses jambes dans le vide, un soupir se fit même entendre de sa part alors qu’il relevait ses iris dans ta direction.

« Je savais pertinemment que tu allais dire ça, j’aurais dû parier si j’en avais eu l’occasion. » Faisait-il remarquer avec son sarcasme habituel.

Le regard de l’Espagnol rebasculait à nouveau vers l’horizon qui se tenait devant lui et il détaillait rapidement du regard les quelques étoiles qui trouvaient encore le courage de scintiller dans les nuits chaotiques de ce monde. Il inspirait finalement bruyamment tout en s’apprêtant à reprendre la parole pour argumenter son projet.

« J’ai entendu dire qu’une infirmière se trouvait dans ce campement, ma sœur l’est. Et il est évident qu’il n’y a pas un nombre incalculable d’infirmières encore en vie aux Etats-Unis. » Un argument peu satisfaisant mais qui suffisait à Alejandro pour lui donner l’envie de partir à la recherche de sa cadette. « En plus de ça … » Alors qu’il venait tout juste de reprendre la parole pour continuer son argumentation, des coups de feu retentirent dans la nuit.

L’Européen s’arrêtait donc de suite de parole et il se redressait en position assise afin de scruter l’endroit d’où venaient les coups de feu, prêt à faire feu si cela était nécessaire. Pour mieux voir l’endroit le brun se relevait pour être debout et il plissait légèrement les yeux afin de repérer les coups de feu. Une fois chose faite il te pointait l’endroit du bout de son index.

« Ça vient de dehors, j’vais aller jeter un œil. C’est le côté que je devrais être en train de surveiller. » Faisait-il remarquer en écourtant ainsi leur précédente discussion, bien sûr il ne manquerait pas de remettre le sujet sur le tapis dès que l’occasion s’en présenterait.

Sur ces derniers mots, Al rebroussait chemin pour aller descendre l’échelle qu’il avait emprunté plus tôt afin de te rejoindre. Ignorant si tu le suivait ou non, l’Espagnol sautait les derniers barreaux de l’échelle pour directement atterrir sur le sol et donc gagner quelques brèves, mais importantes, secondes.

Bee.



O partigiano portami via. O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. O partigiano portami via ché mi sento di morir

Alejandro De Fonollosa
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» I see fire, blood in the breeze, and I hope that you'll remember me.
» And I see fire, blood in the breeze
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONTAGION :: In the darkest times :: Game On (Le monde en ruine) :: Oregon [Lignum] :: Base Lignum :: Infirmerie-
Sauter vers: