AccueilPublicationsFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
FERMETURE DU FORUM.

Meredith RhodesLignumFICHE

Elio
WidenerObsidia Corp.FICHE

Maze
SiakaNoctisFICHE

Isaac
SparksLignumFICHE




Contagion regroupe désormais :
- 4 Obsidiens
- 5 Lignum
- 3 Noctis
- 8 Nomades

Obsidia Corporation est un laboratoire scientifique qui travaille anonymement et en toute discrétion sur la modification du génome humain.
Néanmoins, aux yeux du monde, OC est un laboratoire de recherches dans le génie génétique qui prétend pouvoir trouver un remède à toutes les maladies. Lorsqu'un médecin prend en charge un patient dans un hôpital en Ohio, il découvre curieusement un virus encore inconnu à ce jour. Mais très rapidement, alors que le monde est en train de changer, le Dr Hasting fait une découverte surprenante sur l'origine du virus, ainsi que sur le laboratoire OC...

Alana Gianelli
Nomade
avatar
Alana Gianelli
Age : 24
Messages : 8
Jeu 10 Mai 2018 - 22:20
A pas de loup Bucky & Alana
Hanging Lake, Colorado; 20h48.  


Alana ne savait pas exactement depuis combien de temps elle avançait. Cela se résumait probablement à de nombreuses et interminables heures de marche, mais elle ne se décourageait pas. Son tempérament ne lui faisait baisser les bras qu'en cas de situations extrêmes et désespérées, et c'était probablement ça qui lui avait permis de survivre seule jusqu'ici. Débrouillarde et réfléchie, la survivante avait traversé une bonne partie du Colorado; ne se reposant que très peu, préférant une traversée silencieuse et concentrée qu'un repos la laissant seule face à ses peines. Elle était bien sûr fatiguée mais gardait en tête l'idée de trouver un coin d'eau suffisamment tranquille pour s'y poser quelques jours. Hanging Lake... Elle s'y rendait autrefois avec ses proches. Et quand bien même si elle était seule cette fois ci, elle avait fait de cet endroit sa destination en attendant de trouver un objectif plus intéressant. Sa notion du temps était particulièrement bouleversée, mais elle était suffisamment lucide pour être capable de compter les jours. Et elle errait dans cet état depuis exactement dix huit longues journées. Ce qui était quand même peu, mais elle se sentait faiblir. La diversité des paysages rendait son avancée compliquée, malgré son amour inconditionnel pour la nature et sa soif d'aventure, ses pieds la faisaient souffrir et son estomac criait famine. L'écureuil mort qui trônait dans son sac à dos devrait pourtant attendre qu'elle se pose pour être dégusté, et heureusement, Alana n'était plus très loin. Son objectif serait atteint d'ici une petite demi-heure, et cette simple idée réjouissante lui fit presser le pas.

Pour une fois, la chance semblait être de son côté. Bon, elle n'avait plus d'eau. Mais malgré les montagnes difficiles à gravir, Alana n'avait croisé que trop peu de rôdeurs. Ces derniers auraient de toute façon eu bien du mal à atteindre grande altitude, mais au delà d'échapper au fait d'être dépiautée comme un morceau de viande, c'était aussi un avantage parce qu'elle avait économisé des forces. Son katana semblait peser des tonnes quand la fatigue s'emparait autant d'elle, au même titre que son arbalète. Le soleil entamait lentement sa descente dans le ciel, laissant l'air se rafraîchir, et Alana n'avait qu'une envie: trouver un abri, manger cet écureuil et se reposer un temps soit peu pour retrouver son efficacité.

Comme convenu, la jeune femme parvint à atteindre une petite maisonnette en bois dans la forêt qui environnait le lac. Elle pouvait d'ailleurs apercevoir ce dernier en contrebas, et même si bien des choses avaient changé en Amérique et partout ailleurs, la beauté de ce lieu demeurait inchangée. Les quelques pancartes qui indiquaient comment accéder à ce point d'eau parfait avaient vieilli, s'étaient abîmées mais n'avaient pas changé. Les morts étaient de toute façon trop stupides pour penser à les suivre, alors elle se plaisait à croire, ou à espérer, qu'ici elle ne craignait plus grand chose. Comme si son passé allait d'une façon ou d'une autre la protéger. Parce qu'en effet, la nomade connaissait cet endroit, ses pas l'y avaient guidé comme une évidence, puisant dans ses nombreux souvenirs: tout  ce qui lui restait de sa vie antérieure. Et c'est avec un pincement au cœur qu'elle se rapprocha de cette cabane, gardant son éternelle prudence en prenant soin de garder sa main derrière son épaule, sur le manche de son arme favorite. Si quiconque se trouvait à l'intérieur, Alana se tenait prête à la défense. Elle avait appris à se méfier autant des morts que des vivants. L'apocalypse faisait ressortir le pire chez l'être humain, comme si la haine, l'égoïsme, le vol et l'irrespect allait permettre à l'humanité de s'en sortir. Cela n'était bien sûr que foutaises, mais là n'était pas la question. Qu'importait, de toute façon. Alana Gianelli était solitaire, et c'était probablement mieux comme ça. Elle fuyait la compagnie comme la peste... Par peur, ou simple précaution.

Son appréhension était palpable, mais n'allait certainement pas la faire reculer. Alana était courageuse, c'était au moins une qualité qu'on ne pouvait lui retirer. Sa main se posa sur la poignée de porte, et entre une entrée discrète ou, au contraire, frappante: elle ne savait que choisir. La discrétion fut sa priorité. Elle entra à pas de loup, laissant son regard balayer l'intérieur furtivement. Il n'y avait personne. Un soupir de soulagement aurait pu s'extirper d'entre ses lèvres... Si elle n'avait pas senti une présence dans son dos.


© Crimson Day
Alana Gianelli
Revenir en haut Aller en bas
Bucky Barnes
Nomade
avatar
Bucky Barnes
Age : 33
Métier : Militaire
Messages : 51
Lun 21 Mai 2018 - 0:17

Le danger s'approche.
Maybe tonight we can forget about it all
It could be just like heaven
I am a machine
No longer living, just a shell of what I dreamed
Quelle année on est ? Quelle jour ? Bucky n'en savait strictement rien. Et ça, depuis bien longtemps. Enfermé dans sa cage, il avait arrêter de compter. Il pourrait s'être passé dix ans, cinq ou même deux, il ne saurait le dire. La seul chose que l'animal repérait, était le jour et la nuit. Quand est ce qu'il pouvait se déplacer, sortir, tout ça était calculer par apport à la situation de notre astre dans le ciel. Pourquoi suivre un calendrier quand le monde a touché à sa fin ? Son monde a lui s'était fini le jour où il avait fini dans cette cage à Obsidia corp. Et maintenant, il s'en était échappé, laissant une énorme partie de lui-même derrière lui, disparue dans l'ombre.  Et maintenant, il s'y cachait dans l'ombre. Caché de tous, il faisait son chemin, sa croisade personnel contre lui-même.  Cherchant quelque chose dont il n'était pas totalement sûre de l'existence. James était là, caché au fond de son esprit, piégé. Il ne cherchait qu'à sortir, mais il lui était impossible.  Il était enfermé de sa propre chair, dont les barreaux étaient un monstre créé en laboratoire.

Pour ne pas être repéré, il n'y avait rien de mieux que les endroits durs d'accès, où même les morts ne s'aventurent pas. Dormir dans un camp, vivre dans ce genre de condition n'avait jamais été un problème pour Bucky et ça depuis même avant tout ça. Son métier était fait ainsi. Il fallait savoir prendre sur soi pour défendre son pays. Et James avait toujours été prêt à tout pour protéger les siens. Tellement prêt à tout qu'il en est tombé dans la bouche du loup la tête la première. Mais était-ce vraiment une de ses erreurs ? Après tout, il avait suivi les ordres, c'est l'armée qui avait trahi son pays, pas lui.

Après avoir marcher pendant quelques jours et chasser quelques vivres en chemin, il avait trouvé une cabane pour se réfugier quelque temps. Cette endroit aurait pu lui rappeler énormément de souvenir, comme la fois où il était avec Anna et qu'ils avaient regardé les étoiles à travers les feuilles des arbres, dans l'espoir d'y voir des étoiles filantes. Mais rien ne venait, son regard était toujours aussi vide. Vide de tout, vide d'espoir, de vie, de lumière, Obsidia lui avait pris tout ça depuis longtemps. Pendant ce temps de campement, il en avait profité pour étudier la carte des Etats-Unis qu'il avait réussi à trouver quelques semaines plus tôt dans une station essence. Il y avait tracé tout son chemin, pour se repérer et ainsi savoir où ne pas aller.

Très tôt aujourd'hui dans la mâtiné, il était parti dans l'espoir de pécher quelques poissons. Finalement, il rentra avec un malheureux lapin qui avait croisé son chemin. Rentrant alors tranquillement tout en restant sur ses gardes, il n'avait entendu aucun bruit suspect en chemin. Du moins... Pas qui ressemblait à des grognement d'infecté, ni d'être humain très bruyant. Et pour dire, quand il arriva au niveau de son abri, il y avait une personne. Le regard de l'homme s'assombrit alors particulièrement. Le premier et mauvais reflex qu'il allait certainement avoir était simplement de la tuer. Mais il essayait de ne plus le faire. Parce qu'il devait se retrouver. Il en était conscient, par moment. Attrapant son pistolet, il le pointa dans son dos. Et d'une voix froide il lui fit :

« Bouge pas. »

Relevant la détente, le clic retentit alors dans l'air, faisant ainsi comprendre qu'il fallait mieux l'écouter car, il n'hésiterait pas une seule seconde pour appuyer. Un geste de doigt suffisait.

« T'es de quelle organisation ? »

D'une voix presque trop posée, l'intonation de sa voix était froide mais sans réellement de variation. L'homme ne sait plus communiquer, il ne communique pas, il a été programmé pour répondre aux ordres, rien d'autre.

@Alana Gianelli
code by bat'phanie
Bucky Barnes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» Le loup de la gloire[PV la reine^^]
» Kit de loup
» [...]Dans les bois, pendant que le loup n'y est pas. [Eliel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONTAGION :: In the darkest times :: Game On (Le monde en ruine) :: The Outside :: The Outside :: Lacs-
Sauter vers: