AccueilMembresPublicationsCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion


annonce : nous manquons d'obsidiens et recherchons activement meredith, la chef de clan des lignums (à voir en prédefinis) !

Chapitre I
5 years later
T e a s e r
Obsidia Corporation est un laboratoire scientifique qui travaille anonymement et en toute discrétion sur la modification du génome humain. Néanmoins, aux yeux du monde, OC est un laboratoire de recherches dans le génie génétique qui prétend pouvoir trouver un remède à toutes les maladies. Lorsqu'un médecin prend en charge un patient dans un hôpital en Ohio, il découvre curieusement un virus encore inconnu à ce jour. Mais très rapidement, alors que le monde est en train de changer, le Dr Hasting fait une découverte surprenante sur l'origine du virus, ainsi que sur le laboratoire OC...
Partenaires

S t a f f
P r é d é f i n i s
C.A
Nom
Fiche
J.K
Lig
Fiche
M.S
Noc
Fiche
E.W
OC
Fiche
M.R
Lig
Fiche
C.T
Lig
Fiche

Walk into the fire

 :: Archives :: RPS Terminés/Abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Age : 36
Métier : Chef de projet / Adjointe
Messages : 28
Double(s) compte(s) : CHRIS DENVER, LUKAS LOWRY
Dim 6 Mai 2018 - 15:34
Keep
on
marching
Walk into the fire
Avec @Bucky Barnes ; La forêt nationale d'Arapaho, centre-nord du Colorado.

L'équilibre. Notion élémentaire de l'univers et des lois qui le régissent. La balance s'étend au-delà de la simple humanité, mais elle agit de la plus petite des particules au plus grand amas. Personne n'y échappe. On parle parfois de religion ou de simple philosophie ; Electra connaissait d'ailleurs très bien les théories des Indes à ce sujet. Le karma. Entité inarrêtable et infatigable. Mais quand on estime que ce que l'on fait est bien, on ne s'attend pas à une correction ou à subir le courroux des seigneurs du karma, et même si cela arrive, on cherche la raison de notre sort ailleurs.

Déjà plusieurs jours où elle voyageait seule, abandonnée à son sort. Les soldats qui s'étaient jetés dans la gueule des zombies dans un sens du devoir triomphant et qui devaient la protéger étaient devenus un danger. Elle avait dû les laisser et aurait pu penser à faire demi-tour, mais les dossiers qu'elle devait récupérer étaient d'une importance capitale pour la suite de ses projets. Il n'y avait pas de questions à se poser, c'était ça, ou laisser tomber.

Elle se réveillait d'une nuit mouvementée quand elle remarquait qu'il ne restait plus d'eau dans sa gourde. La chercheuse pestait avant de jeter la bouteille en plastique au travers des arbres, sans se soucier d'où est-ce qu'elle atterrirait.

- Fait chier.

La vulgarité ne faisait pas partie de son vocabulaire habituel et pourtant, elle se l'autorisait dans une situation pareille. Electra se décidait finalement à aller chercher la gourde qu'elle avait jetée impulsivement, mais en abattant les feuillages sur son passage avec une machette, elle entendait un bruit qui la fit cesser tout mouvement. Un zombie ? Elle se mettait sur ses genoux et avançait lentement en direction du bruit, la main serrée sur le manche de son arme, quand elle bondit de surprise en voyant l'impensable. Tu étais là, dressé devant elle, sa création, en vie et bien réelle. Elle posait une main sur ses lèvres pour empêcher sa respiration de la trahir et reculait de quelques pas, avant de mettre le pied sur une branche fragile qui craquait. Le regard de la blonde allait lentement vers le sol, pour constater son erreur, et elle ne bougeait plus. Elle t'avait recherché longtemps, et pourtant elle n'était pas assez stupide pour t'affronter là, toute seule, au beau milieu d'une forêt, complètement perdue. Plusieurs choix s'offraient alors à elle... Se montrer, courir ou bien, ne plus bouger. Elle réfléchissait vite et pourtant ne savait que faire, mais la passivité était un choix par défaut : elle se taisait donc et attendait que tu t'en ailles, espérant que tu n'avais rien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Bucky Barnes
Nomade
avatar
Crédits : sign (exordium)
Age : 33
Métier : Militaire
Messages : 40
Dim 6 Mai 2018 - 21:23

And too close to hell
No matter how many deaths that I die I will never forget
No matter how many lives that I live, I will never regret
There is a fire inside of this heart and a riot about to explode into flames
Where is your God?
La liberté. En voilà une chose, que James Buchanan Barnes aurait embrassé de tout son être. Mais il n'en était pas ainsi. Parce que cet homme n'était plus. Il avait disparu, il n'existait plus. Seul son corps avait survécut. Non pas à la guerre, non pas à la fin du monde mais à des monstres. Comment savourer une liberté quand on ne sait pas le faire ? Voilà des mois qu'il errait aux Etats-Unis, à chercher qui il était, sans le moindre indice. Il cherchait l'aiguille dans une botte de foin, sans même être sûr que l'aiguille s'y trouve. On ne lui avait pas seulement pris sa vie, on lui avait tout pris, on lui avait pris la seule chose qui jusque-là, lui avait donner la force de vivre réellement. Ses souvenirs. Sa femme. L'espoir. Il n'y avait plus rien, que des flash qui reviennent dans ses cauchemars. Même son propre nom lui était étranger, il ne faisait qu'emprunter celui d'un homme qu'il ne connaissait pas. 'Bucky', mais qui est-il ?

Parcourant chaque état de ce pays qu'il chérissait tant à une autre époque, il était en quête de réponse, cherchant partout, fouillant maison par maison, ruine par ruine. Et il se battait pour vivre, tuant s'il en avait le besoin. Bucky était destructeur, tout ce qui se trouvait sur son passage finissait en miette. Son existence était mené par la colère et le flou. Très rare sont les moments calmes. Aussi calme que la forêt où il se trouvait. Qu'il parcourait à la recherche d'un animal, ou d'une autre source de nourriture. La brise sur sa peau lui donnait des frissons par sa fraîcheur. Il ferma alors les yeux, restant immobiles pour profiter de ce genre de moment si paisible et agréable. L'homme ne savait plus ce que c'était. Il avait été transformé en une machine de guerre qui exécutait les ordres qu'on lui donnait sans broncher. Mais maintenant plus personne ne lui en donnerait.

Mais ça s'arrêta brusquement, ce calme. Des branches qui craquent, des bruits de chute. Quelque chose traînait dans le coin. A l'affût, l'homme rouvrit les yeux et scruta la forêt attentivement. Se faisant le plus discret qu'il le pouvait, il cherchait la source du bruit. Était-ce un zombie ? ou une proie ? Dans les deux cas, il était près à attaquer, son arme en main, il la tenait fortement, de son bras en métal. Son regard se posa finalement sur la source du bruit.

Elle. Il n'arrivait pas à y croire une seconde. La panique le prit d'abord. Cette femme, celle qui avait fait de sa vie un enfer. La créatrice du monstre qui était debout devant elle. Mais elle ne pouvait plus le contrôler, il était libéré de ses chaînes, elle ne pouvait rien faire. Il regarda autour d'eux, ils étaient seuls dans cette forêt. Tout pouvait arrivé. Son regard était dur, à Bucky et l'envie de la tuer l'envahissait de tout son être. Elle qui l'avait tant torturer était à sa merci. Et c'est elle qui lui avait supprimer toute pitié. Elle avait vidé le bien qui se trouvait en lui, n'y laissant que désolation.

« Toi. »

Qu'il lâcha, froidement dans un grognement. Il se rapprocha d'elle dangereusement, jusqu'à arriver à sa hauteur et sans surprise, il lui agrippa le cou du bras qu'elle lui avait implanté. Sa main métallique serrait sa peau et ses os d'une force épouvantable et certainement très douloureuse. Il lui suffisait d'appuyer plus fort pour la briser définitivement.

« Dis moi pourquoi tu mériterais de continuer à respirer. »

Parce qu'il n'en voyais aucune. Aucune raison valable lui venait en tête, elle méritait. Bucky voulait que justice soit faite et il n'y avait que le sang qui lui venait à l'esprit. Parce qu'il ne vivait plus que de ça. De cadavre entassé derrière lui. Et elle ne serait qu'un parmi tant d'autre.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 36
Métier : Chef de projet / Adjointe
Messages : 28
Double(s) compte(s) : CHRIS DENVER, LUKAS LOWRY
Mar 15 Mai 2018 - 22:40
Keep
on
marching
Walk into the fire
Avec @Bucky Barnes ; La forêt nationale d'Arapaho, centre-nord du Colorado.

La proie court quand elle est face au prédateur. La plupart du temps, elle n’est pas assez rapide, et elle le sait, mais elle cherche à y échapper quand même. L’instinct de survie n’est pas pourvu d’intelligence comme on l’entends, c'est  le cerveau reptilien qui réside en maître quand il se déclenche, et une fois en éveil et parce que toutes les informations passent par le siège le plus primitif de nos trois cerveaux au plus complexe, la fuite est rapidement suggérée. Si l’on regardait la situation actuelle d’un œil reculé, qui ne connaît pas l’histoire qui t’auras poussé à la saisir par la gorge, on se demanderait sans doute pourquoi elle n’avait pas couru quand elle t’avait aperçu, comme une biche le ferait. Mais en réalité, la question ne se posait pas : car vous étiez tout deux proies et prédateurs, à la fois.

Le souffle lui manquait. Quelle ironie… Le bras qu’elle avait fait menaçait de la défaire. Dans un premier temps, par réflexe, sa bouche s’ouvrait pour tenter de capturer de l’air ; ensuite, ses mains tentaient de saisir le métal qui l’agressait pour s’en défaire, mais rien n’y faisait. Elle ne pouvait rien contre toi, pas là, dans cette situation, pas de cette façon, pas par la force. Elle devait ruser. Son intelligence était son seul moyen de s’en sortir. Mais il faisait difficile de parler quand tu l’étreignais de la sorte, alors elle étirait sa gorge du mieux qu’elle pouvait pour tenter de cracher quelques mots :

- A-Anna, elle… Elle est en. Vie.

Mensonge, vérité ? La question pouvait se poser, mais ce n’était pas là dessus que reposait sa tentative de survivre. Elle espérait seulement que quelque part, tu te souviendrais d’elle. On aurait pu penser que c’était mal joué, et pourtant, si elle avait réussi à t’ôter réellement toute ton ancienne vie de ta mémoire, tu n’aurais sans doute pas cherché à t’enfuir. Non, tu avais donc conscience que tu avais été, et quelque part en toi subsistait la réalité dans laquelle tu étais mariée à cette femme. Electra reposait donc sa vie sur l’espoir que ne la tuerai pas, sur le simple fait que ce nom devait animer quelque chose en toi, au plus profond de ton être, là où il était endormi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONTAGION :: Archives :: RPS Terminés/Abandonnés-
Sauter vers: