AccueilMembresPublicationsCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion


Chapitre I
5 years later
T e a s e r
Obsidia Corporation est un laboratoire scientifique qui travaille anonymement et en toute discrétion sur la modification du génome humain. Néanmoins, aux yeux du monde, OC est un laboratoire de recherches dans le génie génétique qui prétend pouvoir trouver un remède à toutes les maladies. Lorsqu'un médecin prend en charge un patient dans un hôpital en Ohio, il découvre curieusement un virus encore inconnu à ce jour. Mais très rapidement, alors que le monde est en train de changer, le Dr Hasting fait une découverte surprenante sur l'origine du virus, ainsi que sur le laboratoire OC...
Partenaires

S t a f f
P r é d é f i n i s
C.A
Nom
Fiche
J.G
Noc
Fiche
M.S
Noc
Fiche
C.T
Lig
Fiche
M.R
Lig
Fiche
S.G
Lig
Fiche

Demons - Lylith

 :: Game On :: The Outside :: Bâtiments désaffectés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
En ligne Rae Lucas
Lignum
avatar
Age : 26
Métier : Infirmière
Messages : 81
Badges :
Lun 2 Avr 2018 - 1:51
Salem, Oregon, 2016



demons
Rae & Lylith

« I want to hide the truth. I want to shelter you but with the beast inside there’s nowhere we can hide. » Demons - Imagine Dragons
Voilà plusieurs mois que j'avais rejoint les Lignums. Je me sentais bien chez eux. Je n'avais plus peur. J'étais enfin sereine. Enfin, c'était une façon de parler. Comment être serein quand notre passé nous hante, qu'il ne cesse de vouloir nous rattraper ? Comment être serein quand ils sont à notre porte, prêts à frapper, prêts à nous dévorer, au moindre instant ? La notion de paix n'existait plus aujourd'hui. J'avais envie de croire en l'humanité, en la force qu'elle recelait, mais ce que j'avais vu durant mes années d'égarement me faisaient clairement penser le contraire. Les gens vivaient égoïstement, pour la destruction... Pour avoir croisé la route de certains Noctis, j'ai failli ne pas y croire lorsque j'ai réellement rencontré les Lignums. Eux, étaient comme moi. Ils avaient foi en nous, en l'Homme... La force de pensée de ces gens me sidérait. C'était l'avantage de vivre en groupe. Nous nous soutenons, chaque jour, chaque instant. Moi, je continuais de soutenir la santé des gens. Je sauvais des vies. J'aimais ça. Donner une seconde chance à ceux qui n'y croyaient plus... Je ne lâchais jamais rien avant que tout ne soit perdu.  

Je donnai un coup de pied dans la porte métallique, serrai mon glock 19 entre mes mains et sécurisai le toit de l'immeuble sur lequel je venais de parvenir. Nous étions une petite équipe de Lignum à nous être rendus dans la ville de Salem, non loin de notre campement, afin d'y rechercher non seulement des survivants mais également toutes sortes de vivres. Nous nous étions assigné à chacun un bâtiment et j'étais tombée sur le petit immeuble de cinq étages. Plusieurs des appartements avaient la porte ouverte: sûrement parce que leurs propriétaires étaient partis dans la précipitation. J'avais fouillé ceux-ci, en laissant les autres derrière la porte close. D'autant plus que j'entendais souvent des grognements derrière les murs. J'avais bien dû achever quelques uns de ces monstres dans les différentes salles que j'avais visité, mais plus de balles je pouvais épargner, mieux c'était.
Sur le toit, une douce brise flottait dans les airs et m'offrait une jolie vue sur la petite bourgade désertée de ses habitants. Je me rapprochai du bord et profitai de cet instant. Tout était un désastre. Mais on apercevait au loin la nature, la forêt, les montagnes. Dans cette petite ville, la campagne n'était pas loin et il devait être agréable d'y habiter dans l'Avant. Je restai ainsi plusieurs longues minutes à contempler le panorama, appréciant cet instant de calme et de retrouvailles avec soi-même. Ces instants étaient précieux, il fallait les cueillir et les cultiver avec soin. J'avais peur de devenir folle. De laisser mes terribles démons, ceux que tous enfouissaient au plus profond d'eux-mêmes, ressortir. J'ai déjà l'impression d'y avoir eu recours, durant mes mois de solitaires. Mais je n'avais pas eu le choix... C'était ma vie ou la leur.

(c) DΛNDELION


@LYLITH CALDWELL
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Métier : Journaliste d'investigation
Messages : 8
Jeu 5 Avr 2018 - 15:28
Demons

Trapped within, this garden grows. Isolation hardens souls. Only moments till we wake.
Invocation Array
Cela faisait trois mois que je me promenais seule dans les plaines et la peur, sur les routes et l'effroi. J'avais quitté le groupe des Noctis, maintenant que j'avais recueilli mes témoignages. Ils étaient tous consignés sur des feuilles, bien protégées dans mon sac, pour éviter de les perdre ou de les rendre inutilisables.

Cela faisait deux ans que j'étais en sécurité dans un groupe, certes, pas vraiment pacifique mais j'avais su m'y faire une petite place, au prix de certaines choses. Des flash me reviennent mais je tente de les chasser.

Cela faisait combien de temps, ce moment lointain où j'étais enfermée dans une cave privée de nourriture et d'eau, privée de présence humaine. Mais cet enfer me préparait à celui qui allait arriver. Maintenant, je n'étais pas enfermée certes mais plutôt prisonnière d'un monde sans vie, tout autant privée de nourriture et de présence humaine.

Un silence pesant, un souffle glacé, des craquements et le grognement continu me figent sur place. Ma respiration s'accélère, mes doigts se serrent autour de la batte que j'avais, mon regard parcourt les alentours. A ma hanche pendent quelques couteaux plus ou moins longs, ce qui me rassure. Je commence à bouger essayant d'être le plus silencieuse possible mais les branches sous mes pieds ne semblent pas d'accord. Je me mouve entre les arbres essayant d'éviter les endroits où je pouvais entendre des bruits suspects. Sortir. Il faut que je sorte de cette forêt. Je m'étais perdue à une interception par manque de carte.

Là, une menace sourde. Je n'y réfléchis plus et par automatisme, presque, j'abats ma batte de toutes mes forces sur son crâne. Je retire mon arme ensanglantée et je me mets à courir. Courir plus loin. Courir pour mon salut. Merci à ces années d'exercice. Merci à ces années de survie. Mon instinct me pousse à aller plus loin dans mes retranchements. J'entends quelques grognements qui me suivent mais je ne me retourne pas. Pourquoi, dans les films, ils se retournent tous ? S'arrêtent quand ils se croient en sécurité ? On n'est jamais en sécurité. La terre entière est devenue hostile.  

Je vois enfin une route. Je m'y rends, essoufflée. Je vois le panneau d'une petite ville non loin. Je n'aime pas les villes, ils y sont plusieurs. Mais en n'y réfléchissant, on peut se douter qu'ils ont dû bouger. Bouger vers leur nourriture. Et actuellement, c'est ce dont j'ai besoin aussi de la nourriture, de l'eau et du repos. Je ne m'attarde pas plus et file vers cette ville. Et j'ai bien fait car voici mes premiers poursuivants qui arrivent. Ils n'en étaient qu'une dizaine mais seule c'est assez difficile.

Je reprends ma course vers cette ville dont j'aperçois déjà les immeubles. Mon espoir et ma survie. J'arrive enfin à la lisière de la ville et je file par la grande rue pour savoir quelle immeuble me barricadait. J'en vois un, pas très grand et je m'engouffre à l'intérieur avant de refermer la porte derrière moi. Une fois à l'intérieur, je me calme et scanne la pièce. Le silence me réponds. Je me dirige vers l'étage par les escaliers vérifiant chaque cadavre. Cette fois, mon couteau acéré entre les deux, je n'hésitais pas à mettre un coup dans les crânes qu'importe l'état. La puanteur est asphyxiante mais je tiens bon jusqu'au premier. Je rentre dans un appartement, vérifie l'état des lieux et la présence de ces créatures mais tout semble bon. Je referme la porte de l'appartement la bloquant avec une chaise puis je vais vers la large baie vitrée pour regarder mes poursuivants dans la rue recommencer à errer. Je souffle un peu.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Rae Lucas
Lignum
avatar
Age : 26
Métier : Infirmière
Messages : 81
Badges :
Jeu 5 Avr 2018 - 21:07
Salem, Oregon, 2016



demons
Rae & Lylith

« I want to hide the truth. I want to shelter you but with the beast inside there’s nowhere we can hide. » Demons - Imagine Dragons
Les minutes passaient. Il était temps de redescendre. Je ne pouvais pas me payer le luxe de passer des heures sur le toit de cet immeuble. Il y en avait d'autres à fouiller. Et l'une des premières règles de survie était celle-ci: ne jamais rester au même endroit trop longtemps. On ne savait jamais sur qui on pouvait tomber. On ne savait jamais qui pouvait nous avoir aperçu. On ne savait jamais qui nous traquait... Je récupérai mon sac à dos, que j'avais posé à quelques pas de moi, et j'ouvris la porte qui me menai aux marches. En arrivant sur le palier, je me raidis. Il y avait des pas qui résonnaient dans les couloirs. Pourtant, j'avais pris soin de tuer chacun d'entre eux avec soin. Du moins, tous ceux qui m'avaient été donné de voir. Qui cela pouvait-il bien être ? Un membre de mon équipe qui était parti à ma recherche ? A pas de loup, je m'approchai de la cage d'escalier. Je jetai un regard en contrebas.

J'aperçus une jeune femme, escaladant les marches, haletante. Elle semblait paniquée. Silencieusement, je l'observais depuis mon perchoir. Elle était blonde, la sueur de sa course collait ses mèches à son visage. Elle s'assura qu'un mort l'était bien avant d'entrer dans un appartement, claquant la porte dans son dos. Elle n'avait pas l'air blessée mais en revanche, elle était seule et stressée. Peut-être était-elle poursuivie par une horde de ces monstres et qu'elle tentait de leur échapper. J'attendis quelques temps, sans un mot, sans un bruit, m'assurant moi aussi que personne ne la suivait. Qu'il s'agisse de vivant ou de mort, il fallait se méfier. Et j'hésitais à la rejoindre, ou tracer ma route.  Mais la simple idée qu'elle pouvait avoir besoin de moi me rongeait. Je ne pouvais pas passer mon chemin sans lui avoir offert mon aide. Les gens sains d'esprit étaient bien trop rares en nos jours pour qu'on les laisse filer...
Alors je dévalai les escaliers à mon tour, arrivant sur le premier palier. Trois portes menaient à des appartements. La jeune femme était entrée dans le seul qu'il m'avait été donné de fouiller. Les autres étaient fermés à double-tour. Encore une seconde, je réfléchis. Etait-ce vraiment le bon choix ? Mon altruisme l'emporta sur le doute et je frappai à la porte, gardant mon pistolet bien en poigne de ma main de libre, au cas où. Bonjour, mon nom est Rae, mon but était de la rassurer, pas de l'inquiéter d'avantage. J'avais pensé qu'il valait donc mieux commencer par le commencement. Je vous ai vu entrer dans cet appartement et je voulais juste m'assurer que vous alliez bien.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Métier : Journaliste d'investigation
Messages : 8
Lun 16 Avr 2018 - 15:23
Demons

Trapped within, this garden grows. Isolation hardens souls. Only moments till we wake.
Invocation Array
J'observe les vitres cassées des boutiques de la rue, les gémissements lents des quelques cadavres vivants et la végétation qui reprend peu à peu son règne. Le silence de l'appartement me donne un mince répit avant que l'habituelle sensation oppressante s'empare de mon cœur. Celle de la menace constante, de la menace lente.

Je recommence à arpenter la pièce cherchant des objets utiles ou alors un peu de nourriture mais surtout d'eau. En effet, ma bouteille est sur la fin... Il faudra que je pense à me réapprovisionner. Je trouve quelques stylos que je glisse dans les plus petites poches de mon sac avant d'y insérer les feuilles dans un porte-document glissé cette dans la grande poche.

Pourquoi des feuilles ? Pourquoi des stylos ? Cela peut s'avérer inutile pour la survie, je le sais - quoiqu'un stylo bien placé dans la carotide ou dans l'oeil, ça permet de donner quelques secondes qui peuvent sauver - Mais pour moi, c'est aussi la sauvegarde de mon intellect, de mon bon sens. Je ne veux pas perdre mon semblant de mentalité en étant ainsi seule face à ce monde.

Un coup à la porte. Un sursaut qui me fait lâcher le sac de sport laissé à l’abandon. Ils m'avaient suivi. Ils avaient réussi à me coincer, à me bloquer dans un cul de sac. Mon regard parcoure les possibles sorties. La baie vitrée. La fenêtre. Je m'avance doucement sans bruit pour récupérer mes affaires. J'allais reculer tout en regardant la porte. C'est étrange. Il n'y a eu qu'un coup. Pas de griffures. Pas de sons intermittents ou enragés. C'est étrange. Je m’immobilise et j'écoute une voix qui émerge de cette barrière en bois.

Me voilà bien. J'ai des hallucinations auditives. J'entends des sons, j'entends des voix qui se présentent. Entendre des voix dans ce genre de monde n'est pas l'idéal. On pourrait prendre le gémissement d'un zombie par une voix et se faire bouffer d'idiotie. Je tourne en rond. La soif et la faim ne m'aide pas. Est-ce que je lui réponds ou non à cette hallucination. Voix éphémère de mon esprit. Je soupire si je chuchote, je n'ai rien à perdre. De plus, je pourrais par la suite savoir si mon esprit est sain ou non. Je m'approche de la porte et je lui réponds doucement. Juste assez pour qu'elle m'entende.

Bonjour, je m'appelle Lylith. Je vais du mieux qu'on puisse aller dans ce monde. J'ai été poursuivi par une petite dizaine d'entre eux. [rire étouffé] Voilà que je me mets à parler à une illusion. Je tombe bien bas. Il ne faut pas que je reste ici. Ecoutez, je vais sortir de cet appartement.

Je bouge la chaise. De toute façon, il faut que je sorte de cette pièce, de cette prison. Je tourne lentement la poignet et j'ouvre avec autant de rapidité la porte observant l'extérieur. Ma bouche s'ouvre de surprise en trouvant une réelle personne derrière. Je cligne des yeux.

J’hallucine. Vous... Vous êtes vraiment là ? Oh mon dieu, cela fait longtemps que je n'ai pas vu quelqu'un de vivant.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Rae Lucas
Lignum
avatar
Age : 26
Métier : Infirmière
Messages : 81
Badges :
Mar 17 Avr 2018 - 21:43
Salem, Oregon, 2016



demons
Rae & Lylith

« I want to hide the truth. I want to shelter you but with the beast inside there’s nowhere we can hide. » Demons - Imagine Dragons
Cherchant de la vie au-delà de la porte, je collai mon oreille au mur afin d'y percevoir des sons, des pas, des voix. Je tenais toujours fermement mon pistolet des deux mains, prêtes à réagir si l'un d'eux rappliquait ou si la jeune femme s'avérait dangereuse: ce que je n'espérais pas. A mon avis, elle avait dû être poursuivie par une horde et s'était réfugiée ici, en cet immeuble. Elle avait de la chance, beaucoup de chance. Car nous étions dans ce quartier toute une escouade de Lignum à la recherche de vivres ou de survivants désespérés comme elle semblait l'être. Je gardais simplement espoir comme quoi elle n'avait pas perdu la tête au point de m'assaillir...

Tout à coup, j'entendis des pas, faibles, à peine audible, s'approcher de la porte. Je raffermis ma poigne sur la grosse de mon arme à feu au cas où je me trouvais dans une offensive. Mais il n'en fut pas le cas. Une voix s'éleva derrière le mur. Elle s'appelait Lylith et visiblement, elle était si seule depuis si longtemps, qu'elle ne croyait pas en la réalité de mes paroles. La pauvre. Elle avait dû se sentir si désemparée... Me souvenir de mes moments d'égarement, avant de trouver les Lignums, n'étaient jamais de bons instants. Si ça ne tenait qu'à moi, j'aurais préféré les tracer de mon ma mémoire. La survie avait fait de moi quelqu'un qui ne me ressemblait pas. Elle m'avait transformée en quelqu'un de néfaste, prête à tout pour sauver sa peau. Moi qui avait toujours été si généreuse, je ne me reconnaissais plus. Heureusement, les Lignums m'avaient ramené sur la bonne voie.
Je pensais que la jeune femme ferait demi-tour, ferait dos à ses hallucinations. Mais non, j'entendis encore du bruit et cette fois-ci, j'aperçus la poignée se baisser, et s'ouvrir. Lentement, le battant de la porte s'ouvre, dévoilant une jeune femme aux boucles blondes. Sa bouche ouverte témoignait de sa surprise, elle ne s'était pas attendue à me trouver réellement dans le couloir. Pourtant, cette idée devait bien l'avoir guidée pour qu'elle soit amenée à tenter le coup ? Je lus sur son visage un soulagement immense, elle n'en croyait pas ses yeux. Je mettais un terme à sa solitude qui avait duré bien trop longtemps. J'effaçai toute menace possible venant de Lylith et je rangeai discrètement mon arme, afin de ne pas l'effrayer. Je lui adressai un sourire doux et confiant, le même que je montrais aux patients en voie de guérison.
-A moins que je ne rêve moi aussi, non je suis bien réelle, lui dis-je. Ravie de te rencontrer Lylith. Depuis combien de temps es-tu seule ? Ho attends, tu as peut-être faim, ou soif ? J'ai te ravitailler un peu dans mon sac. A ces mots, je passai mon sac à dos devant mon ventre et l'ouvris. A l'intérieur, on y trouvait une bouteille d'eau et un paquet de biscuits sûrement très secs. Mais les sucreries, mêmes sèches, étaient toujours plaisantes. Ils faisaient partis de ces petits plaisirs de nos vies d'avant.

(c) DΛNDELION


@Lylith Caldwell
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» un rp avec un demons?
» Demons 2
» ϟ where my demons hide. (theodore)
» Liste des fruits du demons
» demons live in my head. (r)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONTAGION :: Game On :: The Outside :: Bâtiments désaffectés-
Sauter vers: