Contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte contexte
Prédéfinis

Pseudonyme
Profil

Pseudonyme
Profil

Pseudonyme
Profil

Pseudonyme
Profil


Journalistes ? C’est une autre forme de justice

 :: Zone membres :: Fiches Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lylith Caldwell
Nomade
avatar
Lylith Caldwell
Métier : Journaliste d'investigation
Messages : 12
Badges :
Dim 1 Avr 2018 - 19:26
Lylith Caldwell
feat. Evanna Lynch

FICHE D'IDENTITÉ




DATE DE NAISSANCE

18 février 1986

MÉTIER
Journaliste d'investigation / écrivaine

CLAN
Nomade

LIENS
Christopher Denver
Erwan Jones
Kate Zell alias Bluwall
Julie, la journaliste
Jenifer Gordon
Roger Sandoval
Robert Neff

STATUT
euh.... des aventures. Je  me suis consacrée à ma carrière. Mais je suppose que maintenant, cela change. Vais-je trouver l'amour dans ce monde chaotique ?



CARACTÈRE



○ Un poil obstiné, juste un poil hein ! (demandez à Erwan et Chris)
○ D'une curiosité maladive ! Chaque détail, chaque mystère, chaque suspens doivent être analyser sous ses yeux inquisiteurs. Elle veut tout connaître.
○ Elle est sociable mais très individualiste.
○ Elle est très sportive. Ses déplacement en pleine guerre l'y obligent.
○ Prudente et sur le qui-vive, sa captivité l'a rendu ainsi


BIOGRAPHIE



Chapitre 1 : Des études mouvementées

Mon professeur de sociolinguiste est retrouvée morte trois semaines après les fêtes de Pâques. Retrouvée dans des sacs plastiques... découpée.... Un homicide. Qui ? Pourquoi ? Quel est le mobile ? Mon professeur avait-elle une vie cachée ? Laquelle ? Déjà, à cette époque, j'étais d'une curiosité sans faille. Bien sûr, sinon pourquoi avoir choisi le métier de journaliste ? Pourquoi vouloir poser des questions ? SE poser des questions ?  Si ce n'est pour le garder non ?

L'homme est de nature curieuse, intrusive. Oui, l'homme cherche toujours l'intimité tout en s’immisçant dans celles des autres. Tellement de proverbes ! ''Nettoie devant chez toi avant d'aller chez les autres'' Tellement de photos ! Tant de réseaux ! Les gens qui crient partout ''Respecte mon intimité'' mais écrivent et montrent leur vie sur internet. Accros aux ''j'aime'' et aux commentaires ! Pourquoi critiquez-vous mon envie de journalisme, vous qui exposez votre vie partout sur la toile ?

Bref, reprenons. Mon professeur assassinée, en première page, toute sa vie s'étale. La vie qu'elle montrait tous les jours. Celle d'un professeur attentionnée et prestigieuse, d'une mère aimante et à l'écoute, d'une femme présente. Mais si tout cela ne cachait pas autre chose ? Quelque chose de plus sombre ? Suis-je influencée par mes lectures ? Par mes forums rpgs ? Par mon envie qu'il se passe quelque chose dans ma vie ? J'ai donc commencé une enquête sur ma professeur. De celle dont on ne doit pas ébruiter. De celle dont on doit taire. De celle dont on avance à tâtons.

De murmures en murmures, de messes basses en messes basses, de tours de mains aux miennes, je réussis à obtenir des informations privées. Elle avait un amant. Son mari aussi. Le couple battait de l'aile. Et la maîtresse est enceinte. Les mobiles se croisent, les suspects s'entrecroisent. Où est le commencement ; où est la fin ? Enfin, je connais la fin puisque c'est littéralement la mort de ma professeur. Les fils se mêlent dans le panier de sa vie qui s'est interrompu. Pourtant, je m'évertue à essayer de les démêler, d'y mettre des mots, d'en soulever les mystères. A côté de cela, je continue mes études. C'est parfois ardu de combiner les deux mais j'y arrive. Heureusement les notes suivent.

Je parcours les dossiers rendus publics par le tribunaux, les articles de journaux mais je veux aller plus loin dans mon investigation. Mais pour le moment je n'ai pas encore accès à tout. Je viens d'obtenir ma licence pro métiers de l'information : métiers du journalisme et de la presse. Je rentre en master de journalisme.

Deux ans ont passé. C'est à cette époque que je fais la connaissance de Bluwall. Je ne peux dévoiler comment on est rentré en contact mais sachez que c'est un hacker et qu'il est connu sur le black market. Grâce à lui, j'ai pu avoir accès à certaines informations sensées rester secrètes. Et peu à peu, les bouts se rassemblent. Petit à petit, l'histoire se dévoile. Le puzzle se constitue.

Enfin tout a été retranscrit. Tout a été posé par écrit. J'ai écris son histoire, dévoilé la vérité, mais elle ne restera bouclé dans mon ordinateur. Dans un dossier crypté. Cependant, Bluwall, qui m'avait suivi et soutenu pendant toute l'investigation, qui m'a dit d'écrire un livre dessus avec des faux noms. Ainsi, je commence aussi le métier d'écrivaine. J'ai 24 ans.

Chapitre 2 : Autour des guerres du monde

2010, enfin, je peux enfin aller sur le terrain. Bien sûr, je n'ai pas choisi le plus facile. La guerre d'Irak. J'arrive, viande fraîche, dans une base militaire. Celle qui va me conduire vers cette terre dévastée par les balles et les frappes de missiles. Les bombardements qui pleuvent n'arrêteront pas mes écrits. Jeune et naïve !

Tout d'abord, voyons quelques règles à suivre :

- Toutes les interviews avec le personnel doivent être enregistrées à moins que l'officier responsable des affaires publiques permette d'y déroger
- Dans les camps et bases, les journalistes doivent être escortés par les affaires publiques pour des raisons de sécurité, de sûreté et opérationnelles. Les médias restent avec leur escorte militaire et doivent suivre les instructions en tout temps, jusqu'à la diffusion. (Discipline, soldat ! Discipline)
- Les journalistes doivent être apte physiquement et capables de transporter leur équipement. Si le commandant estime qu'un journaliste ne répond pas à cette exigence, ce dernier sera évacué du théâtre des opérations. (Du sport, du sport... J'ai été obligé de m'y mettre durant mes cinq années d'études ; course, fitness, yoga et même self-défense)
- Les journalistes ne peuvent détenir d'armes, du matériel pornographique ou des boissons alcoolisées lorsqu'ils sont incorporés dans une unité ou font des rapports. (Ils ne sont pas drôles... vraiment !)
- Les journalistes doivent se conformer à un minimum de discipline. Ils ne peuvent faire usage de lumière (flashs ou spots lumineux) lorsqu'ils couvrent des opérations de nuit, à moins que cela ne soit autorisé par le commandant. (tant qu'à faire ! Autant ne pas se faire tuer n'est-ce pas?)

Bon maintenant que cela est dit, nous pouvons décoller. Mon escorte est composé de deux hommes et une femme. Droits comme des i. Épinglés comme des chemises. Franchement, la sécurité est là mais pas la joie. Enfin, tout cela était avant de les connaître. Jenifer Gordon, Roger Sandoval et Robert Neff vont donc assurer ma sécurité durant tout mon séjour sur les terres irakiennes. Je dois donc répondre à leurs instructions.

Ma raison officielle ? Faire découvrir l'aspect de la guerre aux lecteurs du journal. Enfin, jusqu'à un certain point. Je l'ai appris à mes dépens. La presse n'est qu'un objet de propagande. Celle des politiques. Elles ne veulent que montrer ce qu'elles veulent. Le bien de cette guerre. Y a-t-il vraiment un bien dans la guerre ? D'un côté comme de l'autre, les soldats souffrent émotionnellement, physiquement et psychologiquement. Mais pourquoi alors tant de patriotisme ? La liberté ? Les droits ? Qu'est-ce qui pousse un individu seul à souffrir pour un pays ? Pour le bien de tous ? On en revient encore là. Le bien … Le bon... Qu'est-ce que cela signifie exactement ici ? Si on y regarde de plus près, les deux fronts confrontent leurs idées du bien... Alors qui a raison ? Qui a tort ? Les conséquences méritent-elles de continuer dans cette direction ? Et le bilan dans tout cela ? Civil, social, économique … Certains doutent de mon patriotisme. Et ils ont raison. Je suis assez individualiste. Je sais que pour survivre, il faut accepter le groupe. Mais cela ne veut pas dire que je vais m'oublier en tant que personne. Et eux ? Se sont-ils oubliés ou se sentent-ils eux-même dans un groupe ?

Cela faisait plusieurs jours, maintenant, que j'avais atterri dans la base en Irak. Et déjà, je vois les restrictions politiques et militaires se refermer sur moi. Comment écrire avec tant d'interdits ? Ne pas interroger les otages. Ne pas sortir de son périmètre. Toujours enregistrer les interviews. Où est l'authenticité ? Où est le vif ? L'appareil photo ne peut pas prendre en mémoire certaines scènes ou alors elles seront à jamais prisonnières des pixels, bloquées par la censure. Des images qui impriment ma rétine. Des images qui se sculptent dans mon cerveau. Des images qui me collent à la peau et percent le cœur.

Venons-en à  ma raison officieuse. Mon prochain livre. Des témoignages que je souhaite recueillir. Militaires, dirigeants, civils, insurgés (futur ou en cours), opposants et journalistes. Connaître les moindres détails de la partie américaine et celle irakienne. Vivre sous les feux détonants et la menace bruyante. Faire partie d'une guerre. En comprendre les aboutissants. Le savaient-ils tous ? La raison ? La véritable raison ? On nous parle de guerre préventive mais est-ce vrai ?

Armée de mon stylo, papier, enregistreur et appareil photo/caméra, je parcours les camps de réfugiés, les bases militaires, les fronts sous les projectiles menaçant des ennemis et des alliés. Jenifer, Roger et Robert ont découvert mon ''secret'', ma raison officieuse. Soutenue par Jenifer et Robert, j'ai dû combattre Roger à coups de mots et d'arguments pour qu'il objecte vers ma cause. Alors c'est cela qu'ils ressentent les soldats ? La foi, la conviction et le besoin de faire comprendre notre raison !? Cependant entre la balle et l'encre, il y a une grande différence. Les morts. Les cadavres qui s'amoncellent. La pourriture qui se renifle. Les blessures invisibles douloureuses et les blessures visibles charnières entre vivant et mort.  

Six mois ont passé. Je dois maintenant rentrer. Mais je continue mes interviews, mes enquêtes par Skype, Whatsapp et instragram. Tous les médias possibles pour rester en contact avec eux. Pendant encore un an et demi, je continue mes investigations pour écrire le plus sincèrement et avec le plus de réalisme possible. J'ai aussi gardé contact avec Bluwall pendant tout ce temps. Il a su protéger mes fichiers et me trouver des informations classées secrètes. Une confiance et une confidentialité se sont installées entre nous. Il sécurise toutes mes communications et je lui amène certaines informations ou certaines relations dont il a besoin. C'est un échange de bons procédés qui nous a amène à une amitié sans faille.

En mai 2011, je repars sur les terres désolées du Moyen-Orient. En Afghanistan, cette fois. Toujours les mêmes règles, toujours les mêmes restrictions. Toujours la même escorte. Je retrouve, dans le hasard des escouades, Jenifer, Robert et Roger. Ils m'ont suivi pendant six mois. Ils me connaissent et je les connais. Ils ne m'aident pas dans mes recherches mais ne brident pas non plus ; cependant, ils m’entraînent aussi pour que je reste en forme. Toujours avec une raison officielle et une raison officieuse. Un projet officieux mais de grande envergure, écrire un livre sur l'envers de la guerre. Je souhaite donner la voix à ceux qu'on ne laisse pas parler. Les victimes, les habitants, les opposants, les militaires. Je veut ramener la vraie vision au travers de récit et témoignages. Aujourd'hui, je dois me rendre dans un petit village tenu par l'armée américaine. Il est en ligne de front. C'est un endroit stratégique dont les deux parties se battent à couteaux tirés.

Je n'avais jamais vraiment trouvé de personnes réticentes à me parler ou répondre à mes questions. Je reste tout de même sociable. Cependant, c'est ici dans ce petit village qu'un tout nouveau problème s'amène à moi. Je tombe sur un officier Erwan Jones, pas très bavard. Et, du même régiment sous son commandement, le sous-officier, Christopher Denver qui a une personnalité froide de premier abord. Les questions glissent sur eux comme l'eau sur les roches. Leurs bouches scellées, leurs regards droits. Comment voulez-vous que je  fasse mon travail si je parle à des pierres ? Et mon journal m'a bien précisé, ''nous voulons les interviews de l'officier Erwan Jones et son sous-officier Christopher Denver''. Alors comment leur faire ouvrir la bouche ? Alors qu'ils sont juste occupés à pousser des directives et m'écarter du chemin ! Mais si ils pensent que cela va me décourager, ils se gourent vraiment ! Pendant trois mois, je m'évertue à les poursuivre dès qu'ils sont libres, à les harceler de questions. Je m'efforce d'apprendre à les connaître pour trouver un élément commun afin d'entamer les conversations.

Peu à peu, l'officier Jones me lâche des minces brides d'informations mais pas de quoi écrire un article complet. Cependant, je continue d'espérer et de réclamer des paroles. Entre temps, quand je ne courrais pas entre ces deux soldats, je vais discuter avec les habitants, les réfugiés, les blessés... J'enregistre, je note tout... Je mettrai en forme plus tard. Une traductrice est là pour que je n'aille pas sur une fausse route dans les mots choisis par les civils.

Pour ce qui est du sous-officier Denver, je continue de le poursuivre mais j'ai comme l'impression que par moments, il se moque de moi. Cependant, à force de vivre avec les militaires, j'arrive à entendre certaines brides de conversation. Jenifer, Roger et Robert ne font pratiquement plus attention à moi quand ils discutent (sauf pour les dossiers confidentiels, je suppose). C'est comme cela que j'ai découvert que le sous-officier Denver avait ou était, soit-disant, en renvoi temporaire. Pourquoi ? Comment ? Pour quelles raisons ? Mon instinct de journaliste s'éveille ; ma curiosité grandit. Voici encore un sujet sur lequel je vais me pencher. Ces rumeurs de renvoi.

Après des mois à tourner dans les villages afghans, à remplir mes deadlines et noircir mes carnets, j'ai déjà de quoi bien écrire mon livre sur la vision des habitants sur la guerre. J'ai été kidnappé pendant six mois. Je vous reparle de ça, maintenant que je suis au chaud dans mon fauteuil. Ces mois de kidnapping m'ont confronté à une autre réalité. Quelque chose rempli d'interrogatoires, de douleurs, de faim et de soif. Le noir et l'enfer. Je ferme les yeux et je me crois encore là-bas. Dans ses geôles sales aux eaux putrides. Les pieds nus. Le visage émincé. Le manque de lumière. La faim qui tiraille. Le soif qui tue à petit feu. Les vêtements en haillons. La maladie qui guette. La chaleur humide. Encore aujourd'hui, je suis prudente et sur le qui-vive. Dans cette prison, il fallait l'être. On ne savait pas à quoi s'attendre. J'ai réussi à rentrer au pays en début 2013 grâce à des échanges de prisonniers.

Après des mois de thérapie et de repos, je sors aussi mon dernier livre. ''L'envers du décor d'une guerre''. Mais, entre temps, je n'ai pas oublié les rencontres que j'avais faites. Ni même mon envie irrépressible d'assouvir cette curiosité dévorante. C'est elle qui m'avait tenu durant ses mois d'enfermement. Qu'est-il arrivé à l'officier Jones ? Et ces rumeurs sur le sous-officier Denver ? Et ces nouvelles rumeurs concernant Cleveland ? Comme quoi une nouvelle épidémie aurait apparu ? Je vois le nom d'une autre journaliste Julie. Je prends contact avec elle pour en connaître plus. Mais avant d'obtenir assez de réponses. Le pays se déchire déjà.  

J'ai 27 ans et c'est mon pays qui est en guerre.

Chapitre 3 : Une survie à la volée

Merci à mes exercices physiques depuis l'école de journalisme. Et merde à ces mois d'enfermement. Je pars avec un avantage et un désavantage... Est-ce que cela s'annule ? Les événements s'enchaînent rapidement et le pays sombre puis le monde.... Seul le dernier mail de Julie me hante encore : « Les fautifs sont Obsidia Corporation » Qu'est-ce que cette multinational a avoir avec ce désastre ? Est-ce que ce mystère va rester irrésolu ? Nous verrons plus tard.

Alors que le temps passe et que les humains se réduisent, une idée me vient en tête. Il faut en garder une trace pour l'histoire. Tout s'écroule certes, mais je reste une journaliste d'investigation. Je veux recueillir les témoignages des survivants, écrire leurs histoires. Comment le faire ? Je trouverai quand je n'aurai plus de papiers, stylo ou enregistreur, heureusement pour moi, à pile.
J’intègre donc le groupe des Noctis en Juin 2014. Puis celui des Lignum en Novembre 2016. C'est en début 2018, que je pars sur les routes pour aller recueillir les témoignages d'autres survivants. Je deviens une nomade des routes et des histoires.

Vais-je retrouver mes amis ? Ma famille ? Mes derniers contacts avec Bluwall nous permettent de nous identifier ; photos et noms échangés, et nous retrouver dans ce chaos, lors de la première année.


DERRIÈRE L’ÉCRAN ?



Pseudo : Shury
Âge : 26
Je souhaite un parrain : Non
Discord : Oui
Je m'engage à suivre le règlement : Oui
Vos disponibilités : 1 fois par semaine
Comment as-tu connu le RPG? : Au hasard sur la toile puis j'ai vu la pub sur PRD
Ceci est le double compte de ...

 Kanae de Never-Utopia
Lylith Caldwell
Revenir en haut Aller en bas
Rae Lucas
Lignum
avatar
Rae Lucas
Crédits : Chup'
Age : 26
Métier : Infirmière
Messages : 120
Badges :
Dim 1 Avr 2018 - 19:29
Bienvenue officiellement sur le forum ! I love you

J'espère que tu te plairas parmi nous, c'est avec plaisir que l'on pourra discuter d'un lien autour d'une bonne tassé de thé Very Happy


what is about surviving ?

Lorael Paris I love you:
 

Vous m'avez si bien cernée I love you:
 
Rae Lucas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 1 Avr 2018 - 22:24
Bienvenue miss, en espérant que cette aventure te soit agréable. ~
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Dr Hasting
Administrateur
avatar
Dr Hasting
Messages : 168
Lun 2 Avr 2018 - 0:28

Bienvenue Lylith Caldwell

Félicitations, te voici survivante de l'apocalypse, tu peux donc dès maintenant te lancer dans l’exploration de ce monde en perdition. Pour bien débuter ton aventure tu peux d’ores et déjà demander ou proposer des jeux ici.

En panne de code ? Nous avons mis juste , quelques codes qui pourront t’aider dans la rédaction de tes rps. Pense tout de même à bien laisser les crédits présents sur chacun des codes pour respecter le travail des autres.

Nous disposons d’une conversation de groupe sur la plateforme Discord, si tu as accepté de nous y rejoindre, voici le lien qui te permettra de venir discuter avec d’autres survivants de ce monde !


Maintenant que tu es inscrite, tu dois remplir le formulaire que tu trouveras ici !
(Que vous souhaitiez être parrain ou non, vous êtes dans l'obligation de le préciser, mais pensez au fait que si vous avez apprécié avoir des parrains, d'autres après vous, apprécieront.)

Si tu rencontres le moindre problème au cours de ton aventure, n’oublie pas que le Staff est à ta disposition pour t’aider. N’hésite donc pas à nous contacter !


L’équipe de Silentium Mortem,
te souhaite à présent bon jeu et bonne chance.

Codage par Libella sur Graphiorum
Dr Hasting
http://contagion.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Lylith Caldwell
Nomade
avatar
Lylith Caldwell
Métier : Journaliste d'investigation
Messages : 12
Badges :
Lun 2 Avr 2018 - 0:28
Merci à vous !

Justement Rae, j'accepte volontiers la tasse de thé et le rp. Peut-être qu'on se serait rencontrer chez les lignums ! :3
Lylith Caldwell
Revenir en haut Aller en bas
Lylith Caldwell
Nomade
avatar
Lylith Caldwell
Métier : Journaliste d'investigation
Messages : 12
Badges :
Lun 2 Avr 2018 - 0:29
Mince le message de validation qui pope en même temps que ma réponse xD
Lylith Caldwell
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» [ROSA] Le nouvelle forme de Hoopa
» [ROSA] Comment avoir... Les Lames de la Justice ?
» 2ème forme de Volcanion
» [Rumeur] Une nouvelle forme de Zygarde ? (ou autre chose ?)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONTAGION :: Zone membres :: Fiches Validées-
Sauter vers: