AccueilMembresPublicationsCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion


Chapitre I
5 years later
T e a s e r
Obsidia Corporation est un laboratoire scientifique qui travaille anonymement et en toute discrétion sur la modification du génome humain. Néanmoins, aux yeux du monde, OC est un laboratoire de recherches dans le génie génétique qui prétend pouvoir trouver un remède à toutes les maladies. Lorsqu'un médecin prend en charge un patient dans un hôpital en Ohio, il découvre curieusement un virus encore inconnu à ce jour. Mais très rapidement, alors que le monde est en train de changer, le Dr Hasting fait une découverte surprenante sur l'origine du virus, ainsi que sur le laboratoire OC...
Partenaires

S t a f f
P r é d é f i n i s
C.A
Nom
Fiche
J.G
Noc
Fiche
M.S
Noc
Fiche
C.T
Lig
Fiche
M.R
Lig
Fiche
S.G
Lig
Fiche

Where is my mind ?

 :: Game On :: Arizona [OC] :: Chambres Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Age : 36
Métier : Chef de projet / Adjointe
Messages : 19
Lun 5 Mar 2018 - 18:52




Your head will collapse
But there's nothing in it
And you'll ask yourself
Where is my mind
Ft. @Jennyfer Myers

LOCALISATION : ARIZONA



Electra avait eut vent des quelques écarts dont tu étais l'instigatrice. À chaque rapport qu'on lui donnait sur toi, ses dents grinçaient. Mais les récents échanges avec son patron ne lui permettaient pas de simplement se débarrasser de toi; il lui fallait agir stratégiquement, faire de toi un pion sur l'échiquier. Tout était question de dosage dans la manipulation, comme l'on travaillerait une couleur en peinture. Elle s'était donc permis de pénétrer dans tes dortoirs, sans même prendre soin de frapper, avant d'être accueillis par ton chien qui lui arrachait une grimace. Elle jetait un regard sur l'horloge, 20 h. Ce n'était sûrement pas une heure à déranger les gens, mais ses journées étaient assez longues et elle n'avait pas d'autres créneaux horaires possibles.  

- Bonsoir. J'imagine que toute présentation est futile. Je suis désolée d'intervenir à une heure si tardive, mais j'ai eu beaucoup de travail aujourd'hui, soufflait-elle avant de s'avancer dans la pièce pour s'installer dos à ton bureau.

La scientifique déposait un dossier qui était à ton nom sur le bois massif du meuble, avant de réajuster une mèche de ses cheveux et d'inspirer profondément. Elle te regardait à présent, ignorant partiellement la présence de ton chien, comme si elle tentait de ne pas s'en soucier. Elle n'était pas très proche des canidés, elle avait toujours eu une préférence pour les félins. Majestueux et agiles, ils suscitaient chez elle une certaine admiration. S'ôtant de toute formalité, elle en venait rapidement aux faits :

- Vous savez qu'il est très dangereux de sortir un chien de ces lieux? Ils sont largement plus sensibles au virus. Vous mettez en danger la sécurité de nos chercheurs, et de leur famille. Plus grave encore, faire entrer une personne extérieure à Obsidia Corporation dans nos quartiers est un acte totalement irresponsable. Je devrais vous mettre dehors si je pensais aux intérêts de ce laboratoire avant le reste.

Elle marquait une pause et posait son regard sur le dossier qu'elle venait de poser avant de l'ouvrir et d'en sortir un rapport. Electra le regardait longuement et le tendait ensuite dans ta direction.

- Mais je suis prête à faire l'impasse sur ces fâcheux évènements. Expliquez-moi seulement dans quelles conditions vous en êtes venue à faire entrer cet homme à Obsidia.

Elle était drôlement calme, aucun signe d'énervement sur son visage. C'était à peine si une expression se dégageait de ses traits. Elle était stoïque et presque illisible pour une personne qui ne serait sans doute pas de ton métier.


@Nietzstra

Revenir en haut Aller en bas
Jennyfer Myers
Obsidiens
avatar
Age : 26
Métier : Psychanalyste.
Messages : 21
Dim 11 Mar 2018 - 22:58
Way out in the water.
imageimage

« Sans savoir pourquoi
J'aime ce monde
Où nous venons pour mourir.»
Natsume Sôseki


Jennyfer pénètre dans sa chambre, un agréable sourire dessiné sur son visage, elle s’avance simplement jusqu’à son lit avant d’y laisser son dos rencontrer les couvertures recouvrant le matelas. La jeune femme laisse un long soupir s’échapper d’entre ses lèvres tandis qu’elle dépose son regard azur sur le plafond.

« - Dans un jour tu penses ? Je me serai attendue à plus de réactivité, ou alors ils n’en ont rien à faire ? Non ils ne ratent jamais une occasion pour jouer aux flics. »

Jenny se redresse finalement dans un rire léger et  se penche vers l’animal qui était venu à sa rencontre, pour le caresser. Son attitude paraissait totalement détendue, elle avait pourtant conscience des règles qu’elle avait pu transgresser ces derniers temps, quoi de mieux pour retenir l’attention de "ses supérieurs" ? C’était un jeu dangereux auquel elle se prêtait et pourtant cela ne l’inquiétait pas. Contrairement à ce qu’elle pouvait laisser paraître comme de l’inconscience elle savait pourtant ce qu’elle faisait et s’évertuait avec soin à remplir la tâche qu’elle s’était donnée des années plus tôt. La jeune femme finit par se lever  pour aller chercher son carnet qu’elle avait déposé sur son bureau avec le reste de ses livres, tendant la main pour le récupérer, Jennyfer est cependant coupée dans son geste par l’arrivée inopportune d’un être dans sa chambre. Un sourire se dessinant au coin de ses lèvres à l’écoute de son interlocutrice, elle replace l’une de ses mèches flavescentes derrière son oreille avant de déposer son regard sur ta personne.
Electra Nietzstra si elle ne se trompait pas, chef de projet et favorite du patron à ce qu’elle avait entendu. Omega semblait réticente à ta présence en ces lieux, si bien qu’elle alla se coucher au pied du lit pour te fixer sans bruit. La jeune femme quant à elle laissa son regard glisser sur le dossier portant son nom, maintenant déposé sur son bureau. Un sourire respectueux dessiné sur son doux visage, elle te détaille avec attention, droite et aussi calme qu’on ne l’aurait cru possible. Sans doute certains auraient été intimidés de se trouver en ta présence et effrayés d’être accusés pour fautes graves, n’en déplaise à ta personne, ce n’était pas son cas. Te tenir tête aurait été une option si tu n’avais pas été aussi haut placée, il était cependant hors de question qu’elle se laisse marcher dessus. Aucun mot ne semblait vouloir effleurer la barrière de ses lèvres avant la fin de ta tirade, elle restait impassible, seul son sourire semblait trahir un sentiment encore indicible. Elle le ravale finalement et inspire quelque peu avant de soupirer en haussant les sourcils brièvement tout en s’avançant d’un pas.

« - Vous conviendrez qu’il est difficile de se passer de la nature, n’importe qui deviendrait fou en restant jour et nuit sous terre. Ainsi il m’arrive de sortir à l’extérieur et de la même façon en dehors des limites respectives. J’ai fait face à un homme qui avait cruellement besoin d’aide, je suis humaine comme vous sachez-le. Sans doute plus que vous, pensa-t-elle. Ma profession elle même a pour but d’aider les gens, j’ai fait preuve d’humanité en sauvant la vie de cet homme. Il y a déjà assez de morts dehors, une vie vaut d’être sauvée surtout parmi les temps qui courent. N’êtes-vous pas d’accord ? »

Jennyfer arque un sourcil tout en te fixant d’un regard perçant. Visiblement le jeu venait de commencer.



codage by Happylife
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 36
Métier : Chef de projet / Adjointe
Messages : 19
Lun 19 Mar 2018 - 21:16




Your head will collapse
But there's nothing in it
And you'll ask yourself
Where is my mind
Ft. @Jennyfer Myers

LOCALISATION : ARIZONA



Le sourire qu'arborait à présent Electra était teinté d'une certaine amertume. Le ton désinvolte que tu empruntais et tes propos moralisateurs avaient cette tendance à l'agacer profondément, au point où elle venait sans doute de perdre le peu de considération qu'elle avait pour toi. Il restait fort à parier que ta vie en tant que telle, n'avait déjà plus aucune valeur à ses yeux. Le calme qu'elle s'efforçait de garder déformait sa bouche charnue dans une certaine frustration et son regard se précisait sur ta personne un instant avant qu'elle n'ose s'approcher de toi. C'est un sourire étrangement doux qui t'était adressé alors qu'elle posait une main sur ton épaule, brisant cette proximité comme pour te rappeler que tu n'étais pas intouchable.

- Une vie n'en vaut pas une centaine d'autres, miss Myers. Ce laboratoire travaille à l'élaboration d'un antivirus et le positionne en tête de priorités. Vous seriez donc priée de bien réfléchir à l'avenir avant de jouer les héroïnes, soufflait-elle en perdant son sourire, son indexe venant dégager une mèche de ton épaule : Si vous n'êtes pas d'accord avec le règlement de cette entreprise, vous êtes libre de faire vos valises.

Electra prenait soin de récupérer le dossier qu'elle était tantôt prête à te confier, comme si l'offre avait expiré, et s'avançait vers la porte pour quitter ta chambre. Mais avant de refermer la porte, elle laissait dépasser sa tête et te jetait un dernier regard.

- À demain.
Je vous laisserai une chance de me prouver que vous n'êtes pas aussi stupide que votre dossier et cette entrevue ne le laissent paraître.


C'est sur ces mots qu'elle refermait la porte de ta chambre et se dirigeait vers la sienne, à l'autre bout du couloir.
Erik Newton avait en effet modifié ton agenda électronique pour ajouter Electra Nietzstra à tes premiers entretiens de demain, la consultation étant prévue pour 9h00.


@Nietzstra

Revenir en haut Aller en bas
Jennyfer Myers
Obsidiens
avatar
Age : 26
Métier : Psychanalyste.
Messages : 21
Mer 21 Mar 2018 - 18:13
Way out in the water.
imageimage

« Sans savoir pourquoi
J'aime ce monde
Où nous venons pour mourir.»
Natsume Sôseki

Ses céruléennes détaillant chaque trait de ta personne, tu détenais toute son attention. Une lueur d’amusement traversa son regard en comprenant le calme dont tu tentais de faire preuve, une simple réplique avait-elle donc réussi à te toucher ? Jennyfer fut forcée de le constater en te voyant te rapprocher d’elle. Un bref contact corporel pour lui rappeler où étais sa place ? Si tu essayais de la déstabiliser se fut raté. La provocation appelait d’elle même la provocation. La blonde se retint cependant de te répondre, son attention finissant par se porter sur le dossier, son regard resta pour autant ancré dans le tien. Que contenait-il si ce n’était ses multiples infractions ? Et surtout desquelles s’agissait-il ? Son sourire ne se dérobait pour autant pas pas, tout du contraire, lentement il s’étirait. Contrairement à ce qui aurait pu rendre n’importe quelle autre personne irrespectueuse, ce n’était pas son cas, son sourire illuminait son visage et c’est d’un ton tout aussi désinvolte qu’elle se décida simplement à te répondre.

« - Je vous attendrai à mon bureau avec grand plaisir, madame Nietzstra. »

Il ne lui avait pas fallu longtemps pour comprendre cela, voilà qui allait s’annoncer intéressant. Mais dans le fond elle se demandait, de qui de vous deux serait l’observatrice et l’observée… Il ne lui était pas difficile de comprendre que ces entrevues n’allaient pas être des plus anodines. Tu avais certainement un objectif, dans quel cas pourquoi la directrice de projet qui était de plus la favorite du patron viendrait-elle délivrer ses pensées les plus intimes et ses actes les plus sombres ? Ainsi elle te laissa simplement partir. Un rire lui échappant lorsque tu refermas la porte, elle lança un regard à Omega.

« - Tu as vu je suis encore en vie ! »

[...]

« - D’amour ou de haine, lui dit-elle. Je saurai t’aimer. Et c’est alors que l’astre incandescent s’embrasa d’un amour qui le consuma. L’astre opale observant de son hostile froideur, l’amour d’une nuit rejoindre le jour. Ainsi naquirent la lune et le soleil.

- Tout ça ne veut rien dire !

- Avant de chercher à comprendre une phrase, c’est un sens que l’on comprend. Personne ne t’offrira son histoire sans te cacher des choses, aussi ne demande-t-on pas aux gens de nous dire ce qui ne va pas et d’ainsi nous donner les causes, on écoute simplement ce qu’ils veulent nous partager, une analyse se construit sur le fil du temps dont la durée dépend de notre avancée avec le patient. Ce sera tout pour aujourd’hui Dixon. »


Le garçon hoche la tête avant de se lever et de quitter la pièce, Jennyfer referme le livre et le dépose sur son bureau, appuyée contre celui-ci elle lance un regard à l’horloge murale avant de jeter un œil à son carnet de rendez-vous. Il était neuf heures moins cinq et visiblement tu étais son prochain rendez-vous. Un fin sourire se dessine sur son visage, lorsque quelques instants plus tard elle voit la porte s’ouvrir.


codage by Happylife
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 36
Métier : Chef de projet / Adjointe
Messages : 19
Ven 13 Avr 2018 - 20:40




Your head will collapse
But there's nothing in it
And you'll ask yourself
Where is my mind
Ft. @Jennyfer Myers

LOCALISATION : ARIZONA



On aurait pu dire qu'elle était ingrate. Très certainement, l'était-elle d'ailleurs. Mais n'était-ce pas en réalité, la leçon que lui avait donnée Erik ? Ne se devait-elle pas d'être ambitieuse, aussi déraisonnablement que nécessaire ? La place du chef était à portée, plus que jamais, elle avait réussi à mettre tous les proches collaborateurs de Newton dans sa poche, et même si elle venait à l’assassiner, personne ne débattrait sur la cause du crime. Peut-être que quelque part, les dirigeants d'OC seraient même ravis de la voir à la tête de l'entreprise. Déjà quelques années où elle battait de l'aile, en raison des nombreuses réticences et des regrets de son patron. Seul ce petit examen l'agaçait. Il s'agissait là de la seule opportunité d'Erik d'en découdre et de faire pencher en sa faveur le conseil. Mais est-ce que ton diagnostic aurait réellement un poids ? Là était la question.


Elle s'était présentée à l'heure, étrangement. Il n'était pas rare qu'elle se fasse désirer ou qu'elle se présente en retard. Loin d'un manque d'intégrité, il s'agissait d'aléas de la vie que lui causait son poste à responsabilité. La chercheuse était donc présente à l'aurore et pénétrait dans ton bureau à l'instar du jeune qui en sortait. Un sourire t'accueillait, poliment, alors qu'elle posait sa main sur le siège devant toi, celui qui était prévu pour tes patients, sans prendre la peine de s’asseoir.

- Je suppose que vous avez d'autres rendez-vous aujourd'hui, alors ne perdons pas de temps en trivialités : je vous écoute.

Le sourire qu'elle arborait était toujours le même ; plaqué sur son visage, trônant fièrement, un certain naturel manquant. Alors que son bipeur allait sans doute t'interrompre, elle le sortait de sa poche et l'éteignait en guise de considération pour le travail que tu allais sans doute apporter. Elle déposait l'engin sur ton bureau et s'installait enfin sur son siège, croisant par réflexe ses bras sur la jambe qui venait de se poser sur l'autre.


@Nietzstra

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONTAGION :: Game On :: Arizona [OC] :: Chambres-
Sauter vers: