AccueilMembresPublicationsCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion


Chapitre I
5 years later
T e a s e r
Obsidia Corporation est un laboratoire scientifique qui travaille anonymement et en toute discrétion sur la modification du génome humain. Néanmoins, aux yeux du monde, OC est un laboratoire de recherches dans le génie génétique qui prétend pouvoir trouver un remède à toutes les maladies. Lorsqu'un médecin prend en charge un patient dans un hôpital en Ohio, il découvre curieusement un virus encore inconnu à ce jour. Mais très rapidement, alors que le monde est en train de changer, le Dr Hasting fait une découverte surprenante sur l'origine du virus, ainsi que sur le laboratoire OC...
Partenaires

S t a f f
P r é d é f i n i s
C.A
Nom
Fiche
J.G
Noc
Fiche
M.S
Noc
Fiche
C.T
Lig
Fiche
M.R
Lig
Fiche
S.G
Lig
Fiche

Someone who can't sacrifice everything, can't ever change anything.

 :: Game On :: The Outside :: Bâtiments désaffectés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Erwan Jones
Nomade
avatar
Age : 27
Métier : Soldat
Messages : 51
Badges :
Ven 23 Fév 2018 - 0:19


If you win, you live.
If you lose, you die.
If you don't fight, you can't win.
@June Hawkins


Les gens sont tous égaux devant la violence. Peu importe leur niveau de fortune, leur milieu social, leur métier. Un jour, elle vient simplement les chercher. Ses iris incandescentes suivent avec minutie les mouvements de ses camarades de route. Certains s’étaient assuré une place de choix à ses côtés, ces dernières années. D’autres arrivaient seulement. Et il avait pour coutume de tester chaque personne afin d’établir son utilité. Il ne pouvait décemment se traîner un boulet incapable et totalement inutile, ce n’était plus sa vie qui était en jeu, mais celle de son groupe improvisé et complètement sauvage. Le jeune répondait aux attaques de Rosie avec une vélocité surprenante pour son âge. Erwan, appuyé de son épaule contre le plus gros tronc d’arbre, et les bras croisés nonchalamment contre son buste, tiqua en analysant les quelques techniques du plus jeune.

Le temps n’était pas aux complaisances, s’il devait abandonner l’adolescent, il le ferait sans aucune hésitation. La guerre ne se gagnait pas à force de bonté et de mansuétude, mais sur base de quelques sacrifices nécessaires. Il était prêt à porter la responsabilité de quelques morts, si cela garantissait la survie du plus grand nombre. Il observait la scène qui se jouait sous ses yeux, et il n’était pas forcément en accord avec le comportement de l’adolescent. Il sous-estimait son adversaire, cela était une chose, c’était le piège dans lequel il voulait l’emmener en choisissant Rosie comme adversaire. Cependant, ce qui horripilait davantage le noiraud, n’était non pas son inaptitude à comprendre ses erreurs, mais cette capacité d’oubli instantané. L’épreuve précédente était un échec, visiblement le gosse n’avait rien appris et fonçait bêtement dans le tas sans jamais analyser son adversaire.

Inclinant son visage sur la gauche, il n’entendit même pas Joshua se poser contre le tronc à ses côtés. Ce dernier fixa le soldat avec un léger rictus.

« - Vu ta tête, cela sent plutôt mauvais. Il est plutôt tenace, garde en tête ce genre de capacités. »

Le plaidoyer était presque pathétique, il soupira d’agacement et reporta son attention sur l’ombre qu’il avait discerné plus tôt. Un maigre sourire aurait pu se frayer un chemin sur ce faciès raidi par les âges, mais il avait oublié comment en porter l’écho. Le leader ne prit pas la peine de répliquer, et le brun n’attendit pas de réponse. Il savait pertinemment que dans ce genre de moment, Erwan n’était plus Erwan, mais le chef. Inaccessible, froid, distant et implacable. Ses iris donnaient l’illusion d’être concentrées sur le jeune apprenti, pourtant il examinait tes propres gestes. Ta propre prestance, à vu de nez, tu n’étais pas accoutumée au climat, une jeune femme, la carrure frêle et les courbes prononcées le lui prouvait. Il fronce les sourcils, il devait attirer ton attention, ou tout du moins te distraire afin d’avoir le temps de connaître tes véritables intentions – simple balade ou espionnage, curiosité ou simple hasard.

Il s’avançait alors lentement, Joshua sur ses talons. Le ténébreux se posta simplement devant le gosse, le surplombant de toute sa hauteur. Son regard était sans équivoque, froid, autoritaire. Les sourcils froncés, il n’ouvrit la bouche que quelques minutes après.

« - Tu es borné, complètement indiscipliné. Tu ne lis pas entre les lignes et tu ne comprends pas le but de chaque leçon. »

Erwan se rapprocha et le tacla avant même que l’un de ses camarades ne puisse esquisser un sourire. Le gosse se retrouva dos contre terre, les yeux écarquillés, le souffle probablement coupé par la chute.

« - Leçon numéro une : on ne baisse jamais sa garde. Debout. »

Une fois debout, il le rétama à nouveau, avec la même technique, ce qu’il y avait de plus humiliant encore.

« - Leçon numéro deux : on ne fonce pas sans réfléchir. On analyse, on étudie son adversaire. Debout. »

Le gosse hésita, mais se releva à nouveau. Il n’esquissait pas un seul geste à l’encontre du leader. Attendant patiemment le verdict, et écoutant sans doute attentivement les conseils. La fatigue lésant ses capacités de compréhension et ses réflexes naturels.

« - Leçon numéro trois : on ne sous-estime jamais un adversaire. Ton arrogance, et ton orgueil, tu peux te les foutre où je pense. »

Crachant ces dernières paroles, le jeune homme s’était rapproché de son « élève », soufflant légèrement sur son visage. Le soldat n’avait pas l’air de rire, pourtant un sourire égayait le regard de Joshua, qui lui comprenait immédiatement que le gosse était admis. Si cela n’avait pas été le cas, son « supérieur » ne prendrait pas la peine de lui faire la leçon. L’ébène haussa les épaules, et se retira lentement vers le bâtiment. Il avait besoin d’un bon remontant. Aujourd’hui il avait non seulement dû analyser une nouvelle recrue, mais aussi ta petite personne. Même si tu ne t’en doutais pas. Il disparait de ta vue un instant avant de réapparaître derrière toi quelques minutes plus tard. Appuyé contre le mur de brique, une clope en bouche.

« - J’espère que le spectacle t’a plu. Tu as deux minutes pour me déclamer ton identité et le nombre de personnes que tu as tué ces cinq dernières années. »

Il ne semblait pas te regarder, se contentant simplement de profiter du tabac corrosif qui lui emplissait les poumons. Il serra les joues et inspira la fumée avant de relever enfin ses yeux noirs dans les tiens. Pinçant la cigarette entre son pouce et son index tout en l’éloignant de son faciès. Tu étais plutôt jolie, presque trop pour être totalement clean.



Hell Rider

Revenir en haut Aller en bas
June Hawkins
Lignum
avatar
Age : 26
Métier : Journaliste
Messages : 29
Badges :
Mar 27 Fév 2018 - 2:51
A Soldier On My Own
feat Erwan Jones
Elle savait donner le change. Elle avait toujours su le faire.

« Elle n’est pas grande. Une petite carrure. Elle n’est préparée au combat. »
Elle avait détesté voir le reflet de ces pensées dans le regard de ceux qu’elle croisait. Ceux qui pensaient qu’elle était faible. Ceux qui pensaient que la vie aurait le dessus sur elle.

Ceux qui pensaient savoir qui elle était en un simple coup d’œil.

Et puis, elle avait compris qu’elle pouvait s’en servir à son avantage. Elle avait compris que ceux qui se placeraient du côté de ses ennemis regretteraient amèrement de l’avoir sous-estimée.

Elle ne savait pas particulièrement se battre. Elle n’avait jamais appris. Alors, elle avait dû se servir de ce qui était déjà en elle. De cette colère qui la rongeait depuis tout ce temps. De cette agressivité qu’elle avait tenté de taire pendant toutes ces années et qui ne demandait qu’à exploser.

Alors évidemment, elle avait tué. Elle avait tué pour sa survie. Mais pas seulement. Elle avait tué plus que nécessaire. Plus qu’il n’en fallait. Se mettant parfois elle-même en danger inutilement.

Elle avait tenté de faire de cette colère qui la submergeait une force, une force qui la mènerait vers son objectif, une force qui la maintiendrait à la surface. Elle ne pensait pas que la limite entre force et faiblesse serait aussi floue.

Et pourtant, c’était bien cette colère, ou cette force, qui l’avait poussée à continuer, malgré tout. C’était grâce à elle qu’elle était là aujourd’hui, en vie. Du moins… En apparence.

Alors elle avait continué à avancer, même si elle se perdait sur le chemin. Parce que ce n’était pas pour elle qu’elle se battait. Non. La cause dépassait largement sa petite personne.

C’était pour cette raison qu’elle avait décidé de rejoindre les Lignum. Parce qu’elle voulait trouver une véritable raison de se battre. Comme si ça pouvait justifier ses actes. Elle n’était pas une héroïne, loin de là. Elle était juste quelqu’un qui essayait de ne pas se noyer. Comme la plupart des gens.

Elle s’était lancée à la recherche de la base des Lignum. Elle savait où elle devait se rendre. Dakota du Nord. Le problème, c’est qu’elle ne savait pas où elle était. Jusqu’ici, elle avait réussi à se débrouiller. Elle avait croisé de rares groupes de survivants qui avaient pu la renseigner sur sa position actuelle d’alors. Mais ça faisait plusieurs jours qu’elle marchait désormais. Et elle n’avait plus croisé personne depuis un petit moment.

Alors quand elle avait croisé ce nouveau groupe, elle s’était arrêtée. Elle n’avait pas essayé de se montrer discrète. Elle n’avait pas de temps à perdre. Et si elle se montrait pourtant plus que prudente sur la confiance qu’elle accordait à ceux qu’elle rencontrait… Elle agissait complètement différemment lorsqu’il s’agissait de sa propre survie.
Elle savait qu’elle était observée. C’était plutôt normal, d’ailleurs. Elle était une étrangère. Et la méfiance régnait plus que jamais dans le cœur des hommes.

Ce groupe de survivants, pourtant, n’était pas comme les autres. La plupart de ceux qu’elle avait rencontrés (même s’ils n’étaient pas nombreux) était tétanisés par la peur. Leurs chances de survie étaient donc assez réduites. Mais les membres de ce groupe-ci se battaient. Pour vivre, pour survivre, pour leur liberté. Peu importe. Mais ils se battaient.

L’homme qui semblait les diriger, ou du moins, leur enseigner le combat, paraissait froid. Distant. Indifférent. Ses méthodes d’enseignement auraient été remises en question par plus d’un. Mais il était là. Il leur apprenait à survivre. Et dans ce monde, c’était tout ce qui comptait.

Elle ne se retourna pas quand elle entendit le son de sa voix derrière elle. Il était évident qu’il viendrait à sa rencontre. C’était tout ce qu’elle attendait.

-  Disons simplement que c’était… Intéressant.

Elle se retourna enfin vers lui et planta son regard dans le sien, même s’il ne semblait pas la regarder.

- Je peux te dire qui je suis, si tu le souhaites. Mais je ne suis pas certaine que ça t’avancera. On n’est plus rien dans ce monde. Soit on est du côté des vivants, soit on est du côté des morts. C’est la seule chose qui importe vraiment.

Elle croisa les bras.

- Quant au nombre de personnes que j’ai tuées, même si j’avais envie de te répondre, je ne pourrais pas. J’ai arrêté de compter, malheureusement. De toute façon, je ne vois pas en quoi c’est important. J’ai réussi à survivre jusqu’ici. Peu importe comment.

Elle se montrait relativement coopérative, même si elle ne supportait pas qu’il exige quoi que ce soit d’elle. Elle tenait à son indépendance et à sa liberté. Plus jamais on ne l’enchaînerait comme ça avait pu être le cas par le passé.
Mais elle avait besoin qu’il lui fournisse des informations.

Elle décroisa les bras.

- Je ne suis pas là pour me battre. Je ne fais que passer. Je dois me rendre au Dakota du Nord.

Elle fit un pas dans sa direction, puis s’arrêta.

- Je m’appelle June Hawkins. Et si tu pouvais me dire où on se trouve exactement, ça m’arrangerait pour la suite de mon voyage.

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Erwan Jones
Nomade
avatar
Age : 27
Métier : Soldat
Messages : 51
Badges :
Mar 27 Fév 2018 - 21:39


If you win, you live.
If you lose, you die.
If you don't fight, you can't win.
@June Hawkins



La miséricorde prime sur ma colère…

Chaque personne détenait un symbole légitime pour préserver la raison, et ne pas céder face à la réalité cruelle qui leur faisait face. Le monde dans lequel vous viviez était corrompu depuis des années. Les cadavres ambulants ne faisaient que rendre visible l’état de délabrement qui préexistait, la moisissure des fondations d’un gouvernement aux lois iniques. Il plisse les yeux et pince avec nonchalance son mégot entre son pouce et son index, écartant de ses lèvres sèches le filtre déjà usé par sa salive. Il soupire très lentement, évacuant le peu de fumée qui résidait dans sa bouche. L’ébène semblait absent, et pourtant il analysait tous tes gestes, ses prunelles descendant progressivement pour remonter avec lenteur et concision. Il ne prenait pas la peine d’intervenir dans ton discours.

Il exerce finalement une légère pression contre le mur en brique pour se redresser. Son regard désertant le tien quelques instants pour lâcher avec lassitude son mégot et l’éteindre d’un coup de semelle bien maitrisé.

« - Tu parles trop. »

Il passe sa main dans sa chevelure, la rabattant furtivement en arrière avant d’avancer d’un pas. Un seul geste qui semblait apposé à l’air ambiant une tension insoutenable. Son regard perçant le tien, il semblait à défaut d’écouter tes réponses, les récolter à la source. Tu étais en position défensive, et cela signifiait que la survie primait avant les quelques idéaux que tu pouvais arborer avec tes beaux discours. Tu n’avais pas cillé, tu ne lui mentais pas. Il se fichait pas mal de ta répartie, il voulait savoir si tu avais l’audace de lui mentir. Ta vie n’avait tenu qu’à deux attitudes, et tu avais passé le test avec brio.

Il incline son regard et passe sa main sur sa nuque, son yeux noirs se posent alors plus loin derrière toi, ordonnant silencieusement à ses hommes de ne pas s’approcher. Il n’était probablement pas du genre vulgaire, ni même assez expansif dans ses paroles, mais l’autorité et le respect qu’il dégageait semblait indéniable.

« - Minnesota. Tu as encore une belle marche à entreprendre pour rejoindre ta destination. » Siffla-t-il simplement pour répondre à ta question. Pas besoin d’y ajouter des formes et quelques fioritures stupides et incommodantes.

Il serre la mâchoire, l’hésitation faisant vibrer tout ses membres. Pouvait-il prendre le risque de t’offrir l’asile momentané de parcourir avec sa troupe, quelques kilomètres avant de t’abandonner au lieu susmentionné ? C’était probablement ce qu’il aurait fait en terrain conquis. Mais s’il entrainait ses compagnons à se battre, ce n’était pas pour se défendre face aux morts, mais face à l’homme. Il agrandit légèrement les yeux lorsque Joshua, une véritable armoire à glace au teint basané se faufila derrière toi, un large sourire aux lèvres.

« - Nous y ferons escale ! Tu peux nous accompagner. Surtout si cela te permet d’y arriver en vie. »

Le jeune homme plus grand d’une tête et à l’aura bien plus légère que celle du soldat avait donc trancher. Pour seule réponse et pour marquer son approbation Erwan haussa les épaules et te contourna alors pour rejoindre le bâtiment central, abri de fortune momentané. Joshua semblait bien plus enthousiaste à l’idée d’avoir à nouveau de la compagnie, on partait et on venait dans ce petit groupe. Erwan apprenait l’art du combat aux personnes qui le désiraient, et il les laissait partir quand elles se jugeaient prêtes. Il ne se donnait pas le droit de s’approprier des vies humaines comme l’état l’avait fait avec lui et ses camarades morts au front.

Vous avez dressé des projets pour demain ? Vous savez ce que vous mangerez ? Vous pensez que vous pourrez dormi tranquillement dans un bon lit ? Lui pas. Sans doute que les esprits normaux ne réfléchissent pas à ça chaque jour…Mais il avait vu se produire bien trop de choses invraisemblables pour rester gentiment dans la normalité. Du coup, il était certain que le jour de la fin du monde, il serait le premier à réagir, à s’élancer au combat sans s’apitoyer sur son sort. L’enfer pouvait déferler à nouveau, qu’il l’attendait de pied ferme. C’est ce genre de passif et de pensées qui lui prodiguait une telle présence, et un tel regard. C’est sans doute ce qui faisait qu’il était encore en vie aujourd’hui, au détriment de ceux dont la peur avait été plus forte que l’instinct.

Erwan lève les yeux au ciel et s’éloigne alors en poussant un léger soupir. Il devait préparer les quelques directives pour le lendemain. Une chance qu’il connaisse cet état comme sa poche et que les probabilités récoltées ces derniers jours lui permettaient d’appréhender les endroits les moins susceptibles de comporter des hordes. Pour ce qui était de la frontière, c’était une autre histoire. Ils allaient devoir y aller à l’instinct.




Hell Rider

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sacrifice Personel
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"
» The Binding of Isaac (Le Sacrifice d'Isaac) (Attention âmes sensibles)
» Le sacrifice d'une vie pour une autre
» Le sacrifice paraît une condition nécessaire à la vie ▬ Heather

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONTAGION :: Game On :: The Outside :: Bâtiments désaffectés-
Sauter vers: